Le développement durable aux portes de l’école

 

La ministre de l’Education et de l’enseignement supérieur, de la jeunesse et des sports, Nicole Sanquer-Fareata, a ouvert mercredi après-midi, à la Direction générale de l’Education et des enseignements (DGEE), les 1ères Assises Eco-Ecole de Polynésie française.

Ces assises sont organisées par l’association Fedescol (le relais local d’Eco-Ecole), avec le soutien du Pays. La démarche éducative et pédagogique « Eco-Ecole » vise à labelliser les établissements en matière d’Education au Développement Durable (EDD).

Ces dernières années, le développement durable est devenu une préoccupation grandissante chez les jeunes. Leur engagement sur cette question lors des Assises de l’environnement des étudiants de novembre 2015 et des assises de la jeunesse de février 2016 l’ont clairement prouvé. « Il est donc de notre responsabilité d’éducateur que de sensibiliser, former et accompagner nos élèves, des futurs citoyens, au développement durable. C’est l’objectif du label éco-école », a rappelé la ministre.

Ces 1ères Assises ont pour objectif de faciliter le travail des porteurs de projets en encourageant le développement du réseau par des échanges de pratiques et de mutualisation des idées et des outils. Elles ont aussi comme objectif de faire connaître la démarche aux autres établissements pour les inviter à se lancer dans cette belle aventure éducative.

Chaque établissement engagé dans la démarche, en choisissant un thème (l’eau, les déchets, l’alimentation, les économies d’énergie, le changement de comportement des consommateur…) doit pouvoir proposer une mise en œuvre concrète d’une action de développement durable. Il est aidé et accompagné dans cet objectif par Fedescol, le représentant de ce label en Polynésie française.

Avec 1 900 établissements scolaires engagés en France, 46 000 dans le monde, le programme Eco-Ecole est devenu une référence pour l’éducation à l’environnement et au développement durable dans les établissements scolaires et pour les territoires qui œuvrent à la transition écologique de notre société.

En Polynésie française, 38 établissements (lycées, collèges, écoles privés ou publics) sont inscrits dans la démarche cette année. Ils étaient 21 l’année dernière, soit une belle progression et surtout une nouvelle preuve que la question du développement durable devient centrale pour l’avenir de notre Pays.

Il est urgent aujourd’hui de prendre en compte les enjeux climatiques et environnementaux. Cette urgence passe par l’intégration dans l’éducation des thèmes du développement durable pour favoriser la prise de conscience et faire évoluer les comportements individuels et les pratiques collectives. La réforme du collège par l’instauration des EPI, enseignements pratiques interdisciplinaires, offre ainsi un nouvel espace pédagogique et éducatif, sans précédent, pour l’éducation au développement durable.

Communiqué du gouvernement

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close