Le haut-commissaire en visite à l’IRD

Le haut-commissaire de la République, René Bidal, a visité mercredi après-midi, les locaux de l’Institut de recherche pour le développement (IRD).

 

Créé en 1944, l’Institut de recherche pour le développement est un établissement public français à caractère scientifique et technologique (EPST) de plus de 2350 agents, placé sous la double tutelle des ministères chargés de la Recherche et des Affaires Étrangères, présidé par Le Professeur Jean-Paul Moatti. Engagé dans de nombreux programmes scientifiques européens et internationaux, il collabore activement avec de nombreux partenaires, organismes de recherche et universités des pays du Sud notamment, en faveur de la recherche pour le développement.

Les chercheurs de l’IRD travaillent en Polynésie française dans différents domaines de la chimie, de l’océanographie physique, de la biologie marine et de la microbiologie, sur la valorisation des substances naturelles terrestres et marines, la surveillance de l’environnement, les biotoxines marines, le domaine récifal et lagonaire. L’équipe scientifique de l’IRD, composée de six chercheurs et trois  doctorants, est rattachés à l’UMR n°241 « Ecosystèmes Insulaires Océaniens », unité mixte de recherche qui regroupe des équipes de l’Université de Polynésie française, de l’Ifremer et de l’Institut Louis Malardé. Le centre IRD d’Arue dispose de laboratoires et d’une plateforme d’extraction, d’isolement et d’analyse de substances naturelles. Une équipe de douze agents IRD (ingénieurs, techniciens et administratifs) assure parallèlement le soutien à la recherche et l’administration du centre. L’IRD de Polynésie française apporte une contribution scientifique active aux travaux du grand observatoire de l’environnement et de la biodiversité du Pacifique sud (GOPS) et développe des recherches partenariales, notamment avec le CRIOBE, dans le cadre du laboratoire d’excellence « Labex corail » qui réunit les spécialistes français des milieux récifaux de métropole et l’outre-mer.

Chiffres-clés

Budget : environ 28,3 milliards de Fcfp

Plus de 2220 agents, dont 835 chercheurs, 935 ingénieurs et techniciens et 450 personnels sur contrats locaux

43% d’agents hors métropole ¬ 56 unités de recherche et 7 observatoires

185 bourses attribuées à des étudiants et équipes du sud

46% des publications scientifiques cosignées avec des partenaires du Sud

Parmi les nombreux travaux réalisés ou en cours, rappelons que la Polynésie français et l’Etat se sont associés pour financer (260 K€) sur le contrat de projet 2008- 2014 une « expertise collégiale » sur les ressources minérales marines profondes. La coordination de cette étude, qui a mobilisé un collège d’experts pluridisciplinaire, a été assurée par l’IRD. La restitution publique de l’expertise collégiale s’est tenue au début du mois de mai 2016, il souligne le potentiel de classe mondiale des encroûtements polymétalliques riches en cobalt de la ZEE de la Polynésie française, situés entre 800 et 4 000 m de profondeur dans des zones de monts sous-marins à faible sédimentation.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close