Le MRCC déplore pour 2015 dix décès et quatre disparitions en mer

En 2015, le MRCC Papeete a coordonné en Polynésie française 363 opérations, au cours desquelles 168 personnes exposées à un danger grave ont été secourues et 221 en difficulté à bord de leurs embarcations en avarie ont été assistées. Mais 10 décès et 4 disparitions en mer sont malheureusement aussi à déplorer durant la même période, indique l’organisme dans son rapport-bilan.

 

Si le MRCC met tout en œuvre pour accomplir sa mission, grâce notamment à sa permanence opérationnelle et aux moyens nautiques, aériens et terrestres qu’il mobilise et dirige, deux facteurs, souvent conjugués, ont été déterminants dans l’issue dramatique de chacune de ces disparitions cette année : la non prise en compte des conditions météorologiques (houle, vent, visibilité…) est effectivement un facteur particulièrement aggravant, auquel il faut le rappeler sont également exposés les sauveteurs.

Cette absence de prudence élémentaire est d’autant plus regrettable que l’accès aux prévisions météorologiques est grandement facilité aujourd’hui (sites internet, diffusion radio par le MRCC, médias locaux…). Par ailleurs, naviguer seul, comme se baigner seul, ou encore plonger seul est un comportement à risque majeur en mer. En effet, en l’absence de témoin direct, si la personne en détresse ne peut se signaler, l’alerte peut parvenir au MRCC avec beaucoup de retard. Ce retard, qui ne peut être comblé, est très souvent fatal. Les proches (famille, amis, collègues) de personnes parties en mer, inquiets faute de nouvelles de leur part, doivent composer au plus tôt le numéro d’urgence « 16 » permettant d’alerter directement et gratuitement le MRCC 24h24 toute l’année depuis tous les téléphones fixes ou mobiles en Polynésie française.

Le MRCC rappelle tous ces conseils de prévention sur son site internet (www.mrcc.pf) créé en 2015 pour sensibiliser les Polynésiens aux risques liés à la navigation. Y figurent aussi l’information nautique en cours de validité, les communiqués de presse officiels relatifs aux opérations de sauvetage et les différents partenaires du MRCC. Partenaire privilégié du MRCC, la fédération d’entraide polynésienne de sauvetage en mer, association de sauveteurs bénévoles, a acquis à la fin de l’année 2015 aux Marquises son premier moyen nautique dédié uniquement au sauvetage.

D’autres moyens nautiques dédiés seraient attendus au cours de l’année 2016 dans les archipels polynésiens, ce qui devrait consolider ce nouvel élan pour la FEPSM. 2016 verra également se concrétiser un autre axe important d’amélioration de la sécurité en mer en Polynésie avec l’exonération toute récente des droits et taxes d’importation des balises de détresse par satellite, ce qui devrait faciliter et encourager leur acquisition par le plus grand nombre de marins professionnels et plaisanciers. La balise de détresse reste en effet le meilleur moyen de donner l’alerte en Polynésie française.

L’analyse de la répartition géographique des opérations proposée par le système statistique national (SecmarWeb) confirme cette année encore, une prédominance des affaires survenant en zone lagonaire ou côtière. Ce qui s’explique par un effectif beaucoup plus important des navires de pêche de type « Poti Marara » (environ 400 unités) qui restent à proximité des côtes alors que la flottille de pêche hauturière fréquentant les eaux du large est moindre (environ 60 unités). De plus, le trafic maritime commercial international transitant au large des côtes polynésiennes est relativement faible et estimé à moins de 3000 navires par an.

Dix personnes sont décédées en mer en 2015, dont deux chasseurs sous-marins, quatre baigneurs, deux marins professionnels, un passager croisiériste et un plaisancier en kayak. Ce chiffre est très aléatoire d’une année sur l’autre et oscille entre un minimum de six en 2014 et un maximum de dix-sept en 2013. Néanmoins, les deux principales activités accidentogènes que sont la chasse sous-marine et la baignade sont toujours représentées d’une année sur l’autre. Il faut toutefois noter que seuls les accidents de baignade dont les opérations de sauvetage ont été coordonnées par le MRCC sont ici comptabilisés. Quatre personnes sont portées disparues en mer en 2015. Cette catégorie se décline par l’implication de deux baigneurs, un plongeur en bouteille et un suicide.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close