Le patron des PME rassuré par le discours du président Fritch

Le président Edouard Fritch, en compagnie du ministre de la Relance économique, Jean-Christophe Bouissou, a reçu, mercredi après-midi, Jean-François Roubaud, président national de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME). Ce dernier était accompagné de Jean-Eudes Du Mesnil, secrétaire général de la CGPME, de Mme Cherifa Linossier, présidente de la CGPME de Nouvelle-Calédonie, de Christophe Plée, président de la CGPME Polynésie, et d’une délégation de chefs d’entreprises calédoniens et polynésiens.

Les délégations nationales et néo-calédoniennes sont présentes en Polynésie française à l’occasion du salon Planète PME qui a démarré ce matin (jeudi) à l’hôtel Radisson de Arue.

Le président Edouard Fritch a rappelé à ses interlocuteurs que pour gagner le redressement économique,  « nous sommes à la recherche de partenaires et c’est notamment avec le tissu des PME que nous réussirons à relever notre pays. Depuis l’arrivée du Tahoeraa, nous avons entamé le redressement des finances, maintenant nous allons passer à la deuxième phase, celle du redressement économique ».

Pour sa part, le ministre de la Relance économique, Jean-Christophe Bouissou, a estimé qu’il fallait désormais « mener une concertation sectorielle pour voir quelles sont les mesures de soutien aux entreprises en difficulté ».

CGPME

Le président de la Polynésie française s’est par ailleurs félicité de la présence d’une délégation calédonienne, étant persuadé que si la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française « mettent leurs forces ensemble, nous réussirons mieux qu’aujourd’hui ».

Jean-François Roubaud s’est de son côté déclaré très sensible au discours de candidature du président Edouard Fritch dans lequel il avait déclaré « compter sur les petites entreprises  patrimoniales » : « Je souhaite simplement que vous ne copiez pas ce qui se fait en métropole. Vous avez la possibilité de voter vos textes, il faut mettre de la souplesse et de la liberté pour créer de l’emploi. C’est par les PME que l’on aura la croissance et l’emploi ».

De son côté, Christophe Plée a lui-même accueilli le discours du président comme de nature à redonner confiance aux chefs des petites et moyennes entreprises, et a souhaité que l’on puisse définir un cadre favorable aux investisseurs locaux, à l’image de ce qui peut être fait pour les investisseurs étrangers.

Mme Cherifa Linossier a également souligné que les PME étaient des « richesses pour nos pays respectifs qu’il ne faut pas laisser partir ». Elle s’est montrée favorable, tous comme les chefs d’entreprises présents, au renforcement des liens au niveau des collectivités du Pacifique, ce qui est déjà établi entre les deux représentations de la CGPME.

Le président Edouard Fritch partage ces analyses et a insisté sur la nécessité, également, de parler d’une seule voix face aux interlocuteurs nationaux pour faire avancer les dossiers intéressant nos collectivités, notamment celui de la défiscalisation, avec l’appui de nos parlementaires respectifs.

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close