Le plutonium en faible quantité à Moruroa « ne peut pas être déplacé »

Extraits des échanges qui se sont tenus le 10 décembre 2015 lors de la réunion de la Commission d’Information auprès des anciens sites d’expérimentations nucléaires du Pacifique dont l’un des points concernait l’avancement des travaux du chantier Telsite 2.

Le point de situation des travaux de rénovation du dispositif TELSITE 2 est présenté par le Lieutenant-Colonel Teiti DELORME.

A l’issue de la présentation, M. OLDHAM demande quelle est la situation des loupes à ce jour et fait part de ses craintes quant à la présence de plutonium dans une partie du lagon de l’atoll, qui pourrait être déplacé en cas de cyclone. Le LCL DELORME indique qu’aucun mouvement de loupe n’est observé à ce jour.

Concernant le déplacement éventuel du plutonium en cas de cyclone, le COMSUP rappelle que le plutonium est présent dans les sols en faible quantité et qu’il ne peut pas être déplacé. ll est également indiqué qu’en cas de cyclone, un abri cyclonique est prévu pour protéger les personnes sur sites.

Enfin, il est précisé que si l’intensité du cyclone le demandait, l’évacuation de ces personnes pourra être effectuée.

M. LOWGREEN félicite l’armée pour les travaux réalisés sur l’atoll de Moruroa et renouvelle sa demande d’organisation d’un déplacement des vétérans sur Moruroa.

M. KAUTAI revient sur le transport de prélèvement de sols par les avions de la compagnie Air Tahiti. ll souhaite savoir quel risque peut représenter ce transport et pourquoi ces transports ne sont-ils pas assurés par les moyens militaires. Le LCL DELORME indique que deux types de produits non pollués sont transportés par la compagnie aérienne locale: du gravier de concassage et du béton nouvellement réalisé pour analyse de ses qual¡tés.

A la demande de Air Tahiti, et bien que ce ne soit pas demandé par la règlementation, des dosimètres électroniques ont été mis en place à l’enregistrement du fret et dans l’avion, afin de réaliser des relevés pendant l’escale. Pour ce qui est de l’utilisation des moyens militaires pour assurer ces transports, il est indiqué que ce choix de transport n’était pas compatible avec le calendrier des travaux sur site.

M. LOWGREEN demande que les éléments de présentation soient transmis aux membres de la commission d’information. 

Le Haut-Commissaire índique que les documents relatifs aux retombées nucléaires dans le Pacifique sud pourront être transmís. Cependant, il recommande de ne pas les diffuser au-delà des membres de la commission. Les rapports complets référencés dans les présentations sont quant à eux disponibles sur internet.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close