Le policier de Birdsville, seul pour faire régner la loi sur 240 000 km2

Etre tout seul pour patrouiller 240.000 kilomètres carrés pourrait faire peur à certains policiers. Mais pas à l’agent Stephen Pursell, qui représente la loi dans une immense région de l’aride arrière-pays australien.

Ce policier de 53 ans aux manières affables tient les rênes d’un modeste commissariat dans la localité non moins modeste de Birdsville, bourg perdu du centre de l’île-continent.

Dans ce paysage rouge et orange qui rappelle la surface de la lune, bordant le désert de Simpson, ses principaux compagnons sont la poussière, les mouches enquiquinantes, les chameaux sauvages, les chiens errants et les serpents mortels.

L’agent de police Pursell reconnaît que sa juridiction, qui fait la taille du Royaume-Uni, est « assez grande ». Il met quatre jours à la traverser en voiture. Mais il adore le défi.

« Ce boulot s’est présenté et je me suis dit « Quel site emblématique de l’Australie »! », raconte-il à l’AFP. « Alors, j’ai fait acte de candidature. »

C’était il y a deux ans. Il a quitté les eaux azur de la Sunshine Coast, à 1.600 kilomètres plus à l’est, avec ses valises et son épouse Sharon, pour s’établir au milieu d’une vaste étendue de sable parsemée de dunes, où pas grand chose ne pousse.

La région ne plaît pas à tout le monde. Les températures diurnes peuvent dépasser les 40 degrés Celsius. Les vents peuvent provoquer des tempêtes de sable qui masquent le soleil et transforment le jour en nuit.

« Il faut le vivre pour l’apprécier. C’est un endroit époustouflant », assure-t-il. L’année dernière, une vidéo le montrant en train de faire frire un oeuf sur le capot de son 4×4 a fait sensation sur internet.

Seule une centaine de personnes vivent à Birdsville. Il n’y a qu’un seul bar, qui fait également office d’hôtel. Un commerce permet aux habitants de se ravitailler en essence et en denrées de base. La boulangerie vend des tourtes de curry de chameau.

Au travail, la « criminalité n’est pas un problème », reconnaît Stephen Pursell. Les premières interventions de secours constituent l’essentiel de sa mission.

« Ce qu’on fait surtout, c’est s’assurer que les gens arrivent ici en sécurité, rentrent chez eux en sécurité. Les pannes de voiture, les problèmes médicaux, les accidents. Il faut être prêt à réagir à tout ce genre de choses. »

Les accidents les plus fréquents concernent des voitures qui font des tonneaux. Le commissariat a également eu affaire à un pilote dont l’avion avait perdu une roue après une collision en vol avec un pélican.

Source: Yahoo actualités

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close