Le président de l’APF toujours pas convaincu par l’embellie économique du pays

Bien qu’il se soit défendu de faire du catastrophisme, le président de l’assemblée, Marcel Tuihani, a jeté un froid ce matin dans l’hémicycle en dépeignant une situation économique et sociale peu reluisante contrairement à ce qu’affirment l’Institut de la statistique (ISPf), l’Institut d’émission d’outre-mer (IEOM ou encore l’agence internationale Standard and Poor’s. Mais qu’à cela ne tienne, son message politique a été distillé…


(…) Chers collègues, je vais m’attacher à un exercice délicat en espérant être compris. Certains y verront une forme de naïveté, pour ma part, j’y vois un exercice de vérité. La situation que nous connaissons reste difficile. Il suffit de savoir écouter la rue, caisse de résonnance idéale de l’atmosphère d’une société, pour mesurer l’écart entre la réalité et des chiffres faiblement optimistes.

Mon propos risque de déplaire.  Le pays va mal. Une partie de la population souffre toujours, la jeunesse s’inquiète. La reprise annoncée n’est pas, véritablement, au rendez-vous en dépit des statistiques qui pourraient nous laisser croire le contraire. Simplement parce que la réalité quotidienne que vivent les familles, les entreprises et les commerces est bien éloignée des chiffres.

Le taux de chômage des jeunes atteint probablement des niveaux historiques, avec près de 56,8%, ce qui veut dire que plus de la moitié de notre jeunesse est sans emploi. De son histoire, la Polynésie n’a jamais connu une telle précarité. Il faut bien le dire, même si cela déplait fortement à quelques-uns, que la dynamique de 2013 est enrayée. Que cette vérité déplaise est d’ailleurs sans importance, car la réalité quotidienne de notre population est tellement plus déplaisante.

(…) J’ai parfois l’impression que deux mondes parallèles cohabitent sans se rencontrer.  Une partie de plus en plus importante de notre population souffre et se sent exclue. C’est un constat. Nous serions bien inspiré de ne pas le nier.

(…) Chacun devrait pouvoir avoir un toit, un travail, dormir dans un lit, manger à sa faim, être éduqué, être soigné. Ces besoins constituent le socle de la dignité humaine et nous sommes les portes parole de ces revendications légitimes de la population.

(…) Si on entre en politique sans idéal, ce n’est pas la peine d’y aller. Avoir un idéal ne veut pas dire être un idéaliste.  « La politique n’est pas là pour faire le bonheur des hommes. Elle est là pour combattre le malheur et elle seule, à l’échelle d’un pays ou du monde peut le faire efficacement. » disait un théoricien contemporain de la politique, le philosophe André Comte-Sponville. Voilà pourquoi la politique est nécessaire. Voilà pourquoi j’y crois et je m’y engage pleinement. Cette conviction me conduit à affirmer que nous avons besoin de justice sociale.

(…) Je constate, et je déplore, que les initiatives prises par l’assemblée dans le cadre de ses compétences propres sont souvent dénigrées et attaquées comme une volonté d’ingérence. Pourtant, ce n’est pas le cas.

Je reste persuadé que la création de la commission d’enquête sur la fiscalité et la PSG aurait permis de faire avancer cette réforme difficile. Au contraire, on lui a fait un mauvais procès d’intention en affirmant qu’elle allait tout bloquer, qu’elle allait s’ingérer ! Au terme d’une bataille qui relève de l’hystérie juridique, cette commission a été torpillée puis enterrée. Je n’y vois aucun gagnant, je ne vois que des perdants. Mais cette bataille juridique n’a pas arrêté le temps, il presse toujours autant. Elle n’a pas gommé l’urgence, bien au contraire.

(…) Ce n’est pas une ingérence dans l’exécutif, ce n’est que la continuité de l’action législative. A ce titre, il est expressément prévu par la loi organique et le règlement intérieur de notre assemblée. Pour l’heure, nous n’honorons pas cette obligation. Chacun s’en souvient, le 18 septembre 2014, dans mon discours d’ouverture de la session budgétaire je vous ai présenté le projet de nous affirmer dans ce rôle.  En dépit de péripéties dont je me serais bien passé, je reste déterminé à le faire aboutir, parce que je considère qu’il constitue une dimension essentielle encore absente du rôle de notre institution. Je compte profiter de cette session qui s’ouvre pour faire inscrire l’examen de cette mission dans notre règlement intérieur. Le bureau de l’assemblée sera pleinement associé à la démarche préparatoire.

Il ne s’agit pas ici de contrôler l’action de l’exécutif, mais bien de la compléter en s’assurant que les décisions qu’il a voulues et que nous avons adoptées sont bien suivies d’effets et répondent à l’objectif recherché.

(…) Je m’emploierai également d’ici la fin du mandat à mettre à profit la convention signée avec l’Assemblée Nationale, le Sénat et le partenariat que nous avons noué avec le Congrès de la Nouvelle-Calédonie et l’assemblée territoriale de Wallis-et-Futuna.

(…) Disons le franchement : la précarité et la misère gagnent du terrain, l’exclusion grandit. Je ne fais pas de catastrophisme, je porte un regard lucide sur une situation que j’observe, et qui, comme vous probablement, me préoccupe et m’inquiète, car j’y vois les ferments de la division et de la rancœur. Le désespoir peut devenir mobilisateur et lorsqu’il devient mobilisateur, il devient dangereux. L’exclusion peut conduire à la volonté d’exclure à son tour. L’identité de la Polynésie est une identité heureuse. Elle véhicule une certaine idée du savoir vivre ensemble que beaucoup nous envient dans le monde.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close