Le président Fritch loue la « qualité intellectuelle de notre jeunesse »

Retrouvez l’allocution d’Edouard Fritch prononcée ce matin à la Présidence à l’occasion de la remise des diplômes aux étudiants de l’ECT de de Licence Droit Economie Gestion.

Monsieur le Haut-Commissaire,

Monsieur le président de l’Assemblée,

Mesdames et messieurs les ministres,

Mesdames et messieurs les représentants,

Monsieur le Secrétaire général,

Monsieur le Vice-recteur,

Monsieur le président de la CCISM,

Monsieur Fourcade,

Monsieur Chichong,

Monsieur de Chillaz,

Madame Montelle,

Monsieur le président d’Air Tahiti Nui,

Monsieur le directeur de l’Ecole de commerce de Tahiti,

Mesdames, mesdemoiselles et messieurs les étudiants,

Mesdames et messieurs les parents des étudiants,

Mes chers amis,

C’est avec un grand plaisir que je vous accueille à la présidence de notre pays.

Soyez le bienvenu sous le toit de cet espace de réception.

Nous sommes ici pour clôturer la troisième cérémonie de graduation des étudiants de l’Ecole de commerce de Tahiti et ceux de la licence en droit, économie gestion.

Je crois savoir que le taux de réussite est très bon puisque près de 9 étudiants sur 10 ont réussi à décrocher ces diplômes de niveaux Bac+3.

En tant que président de la Polynésie française, je ne peux qu’être fier et satisfait à chaque fois que des Polynésiens réussissent dans ce qu’ils entreprennent. Nous sommes tous d’accord pour dire que le capital humain est la ressource la plus importante pour un pays. C’est vrai ! Cela est d’autant plus vrai lorsque ce pays ne possède pas de pétrole ou de gisements de minerais.

Pour un petit pays comme le nôtre, le facteur humain et je dirai même la qualité de ce facteur humain est essentiel pour le présent et l’avenir de ce pays.

Cette cérémonie de consécration est donc un symbole important de la vitalité et de la qualité intellectuelle de notre jeunesse. C’est aussi une démonstration éclatante de ce que notre système de formation professionnelle est aujourd’hui capable de produire.

Donc, bravo et félicitations à tous les jeunes qui se verront remettre leur diplôme aujourd’hui. Un bravo et une félicitation particulière aux majors de promotion, monsieur Kenny LIAUT, major de l’Ecole de commerce et monsieur Tehau SANFORD, major de la licence Droit Economie Gestion. Je vous applaudis toutes et tous.

Je voudrais également adresser mes remerciements les plus vifs aux dirigeants de la CCISM, en particulier à son président, monsieur Stéphane Chin Loy qui ont eu la vision et le courage de monter cette école.

Au travers de monsieur Chin Loy, ce sont aussi toutes les personnes qui depuis un certain nombre d’années ont œuvré également pour initier et faire aboutir cette école de commerce. Vous êtes une école privée et vous visez l’excellence, facteur d’attractivité et de ce fait, de votre pérennité. En tout cas, bravo au président de la CCISM, bravo au directeur de l’ECT et à ses équipes pédagogiques. Merci de fabriquer de jeunes têtes bien faites.

Avec votre diplôme, certains des gradués choisiront de poursuivre la voie universitaire, ici ou à l’extérieur de la Polynésie, pour conquérir des diplômes de niveau supérieur. Je les encourage et leur adresse tous mes vœux de réussite.

Certains chercheront à entrer dans la vie professionnelle, autrement dit, vous vous soucierez de trouver un emploi à la hauteur de vos compétences. Et là, vous allez vous tourner vers tous les employeurs privés ou publics ; l’administration du pays, de l’Etat, les entreprises ou les communes.

Pour ma part, je voudrais vous tenir un langage de vérité.

Le recalibrage de notre administration nous conduit, aujourd’hui, à limiter le recrutement au strict remplacement des départs. Ce n’est donc pas malheureusement l’administration qui pourra contribuer à absorber un grand nombre de ceux qui arrivent chaque année sur le marché du travail.

Ce langage de vérité n’est pas destiné à vous décourager ou souffler du pessimisme. Il est destiné à nous faire comprendre que l’avenir réside dans le secteur privé.

C’est pourquoi, nous nous attelons à soutenir et à faire réussir les projets privés. Ces projets existent.

Ce sont à la fois des projets portés par des investisseurs locaux. Ce sont aussi des projets portés par des investisseurs étrangers. Vous avez sans doute appris à l’école que la confiance est un facteur essentiel pour attirer les capitaux et réussir le redressement de la Polynésie française.

Et dans le contexte polynésien, la confiance est intimement liée à la stabilité de nos institutions.

Je ne vais pas ici vous les détailler, ce n’est pas l’objet de cette rencontre, mais je voudrais que vous soyez convaincus que le gouvernement,appuyé des concours de l’Etat, travaille pour faire aboutir au plus vite ces projets. Nous consacrons beaucoup d’énergie et de temps pour cela.

Oui, la création d’emplois est un souci majeur pour notre gouvernement. Tout le monde voudrait que ces emplois sortent au plus vite. Oui, je suis conscient de cette impatience. Nous essayons de reconstruire au plus vite ce qui a été malheureusement détruit par l’instabilité de ces 10 dernières années, par la faute, et j’ose le reconnaître et le dire, des politiques, dont je fais aussi partie.

Croire en ce pays, c’est être convaincu que chacun peut y construire son avenir, en utilisant son intelligence, en se retroussant les manches, avec le sens de l’effort et d’un peu de sacrifice. Réussir dans sa vie est rarement le fruit d’un miracle ou d’un cadeau céleste. C’est généralement le fruit d’un travail.

Alors, notre intelligence, votre intelligence nous feront gagner.

Vive la jeunesse polynésienne. Je vous embrasse toutes et tous.

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close