Le réaménagement de la rivière Taharuu intéresse les surfeurs

Suite à l’inquiétude relayée par les surfeurs au sujet des travaux en cours sur la rivière Taharuu, le ministre de l’Equipement, Albert Solia, et le ministre de l’Environnement, Heremoana Maamaatuaiahutapu, ont invité les représentants de la fédération tahitienne de surf à une réunion d’information, ce vendredi, au ministère de l’Equipement, de 7h30 à 9h.

En présence de Philippe Klima, Hira Teriinatoofa, Manoa Drollet, Michel Bourez, de la fédération de surf, et de Mlle Maire Grandin, de l’association Ia Ora Taharuu, ainsi que des représentants des services techniques du Pays (Equipement, Environnement, Jeunesse et Sports, Tourisme) et du bureau d’études Pae Tai Pae Uta, les ministres ont rappelé que :

  • Le chantier en cours, s’inscrit dans un plan global de travaux de sécurisation des berges et de l’environnement immédiat de la rivière, au bénéfice premier de l’ensemble des riverains, propriétaire et habitants ;

  • Une large concertation a été faite avec les diverses associations de propriétaires, de défense de l’environnement et de la commune depuis l’origine de l’opération ;

  • La population adhère à ces travaux puisqu’à ce jour ce sont 21 propriétaires qui ont donné leur accord pour céder au Pays le foncier nécessaire pour les berges ;

  • Un bureau d’étude environnemental suivra les travaux car le Pays s’est engagé sur des mesures compensatoires fortes pour la protection de l’environnement (protection et aménagement des habitats des espèces endémiques telles que le canard à sourcil, le héron vert, par exemple) ;

  • l’étude d’impact précise que le Pays s’engage à ce que les matériaux extraits du curage soient exclusivement affectés pour des opérations et marchés réalisés par le Pays. Si une infraction est constatée, les contrevenants seront poursuivis pénalement ;

  • Les travaux programmés tiennent compte de la préservation de l’embouchure et de la plage attenante à la rivière.

L’étude d’impact environnementale qui a été réalisée en début d’année a permis une large présentation de l’opération, en vue des phases suivantes du programme de travaux.

Celle-ci s’inscrit dans une programmation plus large d’aménagement, au bénéfice des riverains et de la population de Papara, comme souhaitée par la commune :

  • mise en place de cheminements piétons le long de la rivière, afin de lier la plage à la vallée ;

  • végétalisation des berges ;

  • mise en place d’espaces publics, au bénéfice des familles ;

Ces divers travaux, qui s’échelonneront sur 5 ans, pour un coût global de 1,8 milliards Fcfp, permettront avant tout et enfin aux riverains de pouvoir vivre sereinement et en parfaite sécurité des personnes et des biens et également de rendre constructible la majorité des fonciers actuellement en zone PPR (Plan de Protection des Risques), avant et après travaux.

Les représentants de la fédération tahitienne de surf ont pu être rassurés sur les moyens mis en œuvre durant le chantier pour contenir les nuisances quant à la turbidité éventuelle de la rivière et sur la prise en compte du respect de la préservation de leur plage.

Ce dernier point attendu par les surfeurs sera particulièrement pris en compte puisque l’évolution de la position du trait de côte fera l’objet d’un suivi périodique pendant toute la durée du chantier. 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close