Le soutien du haut-commissaire à la marche blanche contre les violences organisée à Moorea

Deux faits divers particulièrement dramatiques survenus le 18 décembre et le 14 janvier derniers ont légitimement suscité l’émoi de la population et ont meurtri et endeuillé les familles des victimes. Il va sans dire que ces faits obligent et mobilisent pleinement les forces de l’ordre, lesquelles, d’ailleurs, ont rapidement interpellé les deux auteurs directement impliqués.

C’est dans ce contexte que l’association de défense des intérêts de la femme « Vahine Orama no Moorea » a souhaité organiser, aujourd’hui, une marche blanche contre les violences sous toutes leurs formes.

Le haut-commissaire, René Bidal, tient à saluer cette initiative, visant à mûrir une réflexion collective autour de la violence, et plus largement à souligner l’engagement associatif sur les enjeux de prévention, si importante en la matière. Cette marche doit éveiller les consciences sur des comportements violents qui sont très éloignés de la tradition culturelle et cultuelle des Polynésiens.

L’évolution de ces phénomènes de délinquance qui peuvent conduire à la commission de faits criminels est donc, pour le représentant de l’Etat qu’il est, un sujet prioritaire pour la sécurité publique sur le territoire et, s’agissant de la commune de Moorea. Raison pour laquelle il a d’ores et déjà décidé, en plein accord avec le Maire, de renforcer la capacité opérationnelle de la gendarmerie.

René Bidal souhaite en effet que les problématiques de sécurité auxquelles la commune est confrontée soient prises en compte avec efficacité, notamment au regard des fortes affluences constatées durant les week-ends et les congés scolaires.

Ainsi, la brigade composée de douze gradés et gendarmes permanents bénéficie désormais d’un renfort permanent de cinq gendarmes mobiles et de sept gendarmes réservistes, lesquels travailleront en étroite collaboration avec la police municipale, lors des périodes de forte fréquentation, sur terre comme sur le lagon.

Il a également demandé au Colonel, commandant la gendarmerie pour la Polynésie française, de mettre en œuvre de nombreuses opérations spécifiques anti-délinquance qui mobilisent, en particulier, le peloton de surveillance et d’intervention et son équipe cynophile, ainsi que la brigade motorisée. Ces opérations, qui sont déployées depuis fin janvier, interviennent notamment en fin de semaine et visent à renforcer l’action de surveillance de la brigade ainsi qu’à intensifier la lutte contre le trafic de stupéfiants. J’ai souhaité que ces dispositions opérationnelles soient présentées au Tavana.

De plus, une convention est actuellement en préparation entre la gendarmerie et la Protection Judiciaire de la Jeunesse. Cette convention vise à avoir une meilleure connaissance des jeunes en difficulté et des familles d’accueil de Moorea ; elle contribuera à contenir la délinquance juvénile, à titre préventif.

Le haut commissaire souhaite par ailleurs que la commune de Moorea s’engage dans des actions préventives, conformément aux orientations du Conseil de prévention de la délinquance en Polynésie française ; ces actions viendront conforter la coopération opérationnelle entre la police municipale et la gendarmerie nationale.

Pour autant, au-delà de ces faits divers particulièrement graves qui ont marqué les esprits, il tient toutefois à rappeler que la Polynésie française reste un territoire où la délinquance est contenue et où les services de police et de gendarmerie obtiennent de très bons résultats avec, à la clef, de nombreuses élucidations.

Si ce constat général exclut, à ce jour, toute affirmation qui tenterait de faire croire à une « explosion » des faits de délinquance en Polynésie française, il ne doit pas conduire à l’angélisme, car l’analyse des statistiques de la délinquance met également en lumière une tendance de long terme à la hausse pour les violences. C’est ce constat qui a conduit, dès 2016, à la création du Conseil de prévention de la délinquance en Polynésie française, que le Garde des Sceaux, lors de sa prochaine visite, a accepté de présider, aux côtés des institutions du Pays.

Le nombre de faits constatés de violences s’élève à 2 600 en Polynésie française sur l’année 2016. Parmi ces 2 600 faits, le volume des violences commises dans la sphère familiale ou de connaissance, qu’elles soient physiques ou sexuelles, est en augmentation. Ces violences intrafamiliales sont une priorité du plan de prévention et elles doivent être sévèrement réprimées. De nombreuses actions ont été déployées, comme la mise en place du « Téléphone Grave Danger » ou le développement de l’ordonnance de protection pour les femmes victimes de violences conjugales.

Enfin, à l’identique du constat qu’a pu opérer le Procureur Général, René Bidal n’observe pas une augmentation non maîtrisée du nombre de mineurs mis en cause mais la vigilance doit être maintenue, car il apparaît que la problématique se situe aussi autour des devoirs parentaux, car malgré la forte implication des relais associatifs et sportifs, de jeunes mineurs, parfois en rupture scolaire, s’engagent sur le chemin de l’alcool et des stupéfiants. Or, c’est ce chemin qui est à l’origine de nombreux crimes et délits et de nombreux drames sur les routes, même si les mineurs ne sont évidemment pas les seuls concernés.

Outre les moyens répressifs que personne ne néglige, c’est donc aussi du côté de la prévention et de l’accompagnement que l’on doit chercher les remèdes. L’État, le Pays et les maires s’y emploient de façon beaucoup plus active que par le passé mais, pour les jeunes mineurs, rien ne pourra durablement réussir sans l’implication active des détenteurs de l’autorité parentale à l’épreuve de l’exercice de leur devoir d’éducation et de conseil.

A cet égard, un état des lieux précis de l’avancement des actions du plan de prévention sera présenté, lors de la réunion plénière du Conseil de prévention.

Télécharger l'article en PDF

Une pensée sur “Le soutien du haut-commissaire à la marche blanche contre les violences organisée à Moorea

  • 12 mars 2017 à 8 h 23 min
    Permalink

    tout ça n’existerai peux etre pas si les gendarmes de Mooréa se déplaçaient quand ont les appelles ils préfèrent s’enfermer dans leur caserne au bord de mer

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close