Le Tahoeraa a « la certitude que l’Etat ne versera aucune subvention au RST »

Dans un communiqué, le Tahoeraa huiraatira dit avoir « la certitude que l’Etat ne versera aucune subvention au RST » et la dernière réponse de la ministre Pau Langevin sur le sujet ne fait qu’accentuer ses doutes, peut-on lire.

 Notre député Jean Paul Tuaiva s’est encore inquiété du sort des engagements de l’Etat en ce qui concerne le RST. Il a posé pour la énième fois une question orale au gouvernement hier à l’Assemblée nationale. On croyait, après les multiples assurances données au Président Edouard Fritch par le Premier ministre Emmanuel Valls et par le Président de la République François Hollande, à Paris, puis à nouveau par le Président de la République à Nouméa et à Brisbane, que le retour de l’Etat au RST était réglé, et que cette promesse ne serait tout au plus qu’une question de temps. Tout le monde a donc été surpris d’entendre notre député poser une nouvelle question à ce sujet.

Aujourd’hui, le Tahoera’a Huiraatira a la certitude que l’Etat ne versera aucune subvention au RST alors que le déficit cumulé de 2013 et 2014 devrait s’élever à environ 7 milliards de FCFP. Le soutien de l’Etat se réduira tout au plus à la mise en oeuvre de mesurettes qui feront économiser quelques millions au RST, sans commune mesure avec les besoins urgents du régime de solidarité, comme nos sénateurs l’ont récemment expliqué. La question de Jean Paul Tuaiva ne fait que traduire les doutes qui animent à présent nos députés et le Président Edouard Fritch.

La réponse de la ministre des Outre-mer Madame Georges Pau Langevin n’est pas de nature à lever ces doutes, bien au contraire. En revenant sur le sempiternel rapport de l’IGAS (l’arlésienne), et en réitérant des assurances et des encouragements au Président Edouard Fritch, la Ministre ne fait qu’accentuer nos craintes sur les promesses de l’Etat, qui à mesure que le temps passe, n’engagent que ceux qui y croient encore. Nous aussi nous saluons le courage du Président Edouard Fritch, mais ce n’est pas pour obtenir cette réponse que notre député a posé sa question. Dans sa réponse, Madame Pau Langevin s’est bien gardée de préciser une échéance, et encore moins un montant.

Voilà bientôt deux ans que le Président Gaston Flosse, puis le Président Edouard Fritch, ainsi que nos députés, interrogent l’Etat sur son retour au RST. Faut-il rappeler que rien n’est prévu dans la loi de finances 2015 à ce sujet. Le moment venu, les Polynésiens seront en droit de s’interroger sur l’attitude pour le moins désinvolte de l’Etat sur ce dossier de la solidarité nationale. Le Tahoera’a Huiraatira, une fois n’est pas coutume, souhaite se tromper.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close