L’employabilité des personnes handicapées sera renforcée l’année prochaine, assure E. Fritch

 

Le président Edouard Fritch, et la ministre des Solidarités, Tea Frogier, ont assisté, ce mercredi matin, à la cérémonie d’ouverture des Journées polynésiennes du handicap, sur le site de la Pointe Vénus, à Mahina.

Dans son discours, le chef de l’exécutif local a rappelé que la Journée internationale des personnes handicapées est célébrée tous les ans à travers le monde depuis 1992, et qu’elle coïncidait cette année avec le 10ème anniversaire de l’adoption de la Convention relative aux droits des personnes handicapées – convention confortée, depuis 2015, par le Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Edouard Fritch a souligné que ce plan d’action mondial – dont un bon nombre de points concerne les personnes handicapées – soit environ 8 000 personnes en Polynésie française, engageait la Polynésie française à prendre toutes les mesures qui s’imposent afin que personne ne soit laissé pour compte.

Le président a notamment expliqué que des budgets conséquents étaient désormais dédiés au handicap, et en particulier à l’accueil des enfants présentant un handicap en milieu scolaire ordinaire, mais aussi à l’insertion professionnelle des travailleurs handicapés. Cependant, les chiffres montrent bien que les mesures restent insuffisantes pour promouvoir les changements escomptés.

Ainsi, pour tenir compte de l’absence de qualification et d’expérience mis en avant par les employeurs, le gouvernement s’attachera, dès 2017, à renforcer l’employabilité des personnes handicapées, moyennant la mise en place d’un programme très conséquent de formation. Ce sont, en effet, treize formations offrant un parcours complet d’insertion aux personnes les plus éloignées de l’emploi qui seront proposées aux personnes handicapées l’année prochaine. D’autre part, afin de faciliter l’accès aux droits des personnes handicapées, le Président a indiqué avoir demandé que soient étudiées les modalités de mise en place d’un guichet unique.

Un tel regroupement permettrait d’accéder à des statistiques fiables et rapides sur les besoins réels de la population en situation de handicap, qui recouvre une grande variété de situations particulières, et d’adapter les services et les mécanismes de compensation de la perte d’autonomie en conséquence. Le président a en effet insisté sur le fait qu’il était essentiel que les décideurs puissent disposer de données fiables pour asseoir une politique du handicap pertinente, non seulement en termes de réponses individuelles à apporter aux personnes, mais aussi en termes de réponses collectives à offrir dans une perspective de transformation sociale.

Enfin, Edouard Fritch a tenu à remercier l’ensemble des participants à ces Journées polynésiennes du handicap, pour leur mobilisation et leur travail. Il a également lancé un appel aux entreprises et à la société civile dans son ensemble, pour accompagner cette grande et noble entreprise, visant à réduire les écarts subsistant encore entre les engagements et les mesures concrètes, et construire ainsi un avenir de dignité, permettant aux Polynésiens porteurs d’un handicap de réaliser leur potentiel.

Communiqué du gouvernement

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close