Les faits marquants de l’année 2017 sur le plan touristique

L’année 2017 aura été riche en événements et annonces diverses sur le plan touristique. En voici quelques illustrations…

13 janvier 2017, remaniement gouvernemental avec le retour de Nicole Bouteau aux affaires; un poste qu’elle avait déjà occupé de mars à mai 2001, puis de mai 2001 à 2002.

Sans surprise, elle va s’inscrire dans la poursuite des actions menées par son prédécesseur, Jean-Christophe Bouissou, dans un contexte plutôt favorable de progression de la fréquentation touristique.

Le 4 mai, par exemple, elle prend part au lancement des travaux de réaménagement du site de la Pointe Vénus. Un chantier de 135 millions de Fcfp, inauguré depuis. Elle suivra également de près l’opération concernant le site des 3 Cascades et du Trou du Souffleur, deux hauts lieux touristiques sur la côte Est en partie dévastés par les intempéries survenues quelques mois plus tôt. Montant des travaux: 170 millions de Fcfp. Par ailleurs, le 27 juin, le gouvernement dévoilera officiellement les plans du futur Terminal de croisière dont la première pierre doit être posée courant 2018 sur le front de mer de Papeete.

Mais 2017 est incontestablement l’année de l’ouverture du ciel polynésien à la concurrence! Tout débute le 12 octobre, peu de temps après la visite en Polynésie du Pdg de la compagnie française low-cost, French Blue, Marc Rochet. Le 31 du même mois, le gouvernement donnera son feu vert pour le lancement d’une ligne Paris-Papeete via San Francisco, à compter du mois de mai 2018. Et les dirigeants d’annoncer rapidement « une offre tarifaire sympathique », provoquant aussitôt l’arrogance du patron de la compagnie au tiare, Michel Monvoisin. Depuis, les transporteurs que sont ATN, Air France et French Blue se livrent à une guerre tarifaire sans merci et les passagers ont bien du mal à s’y retrouver pour faire leur choix…

Toujours est-il que pour la ministre du Tourisme, « nous sommes capables d’accueillir 10% de flux touristique en plus en 2018 », et ce au bénéfice principalement de la petite hôtellerie familiale. Toujours sur le plan politique, Tony Géros, pour le compte de l’UPLD à l’assemblée redoute un « péril extérieur », allusion à ces voyageurs métropolitains ou européens qui viendraient s’installer  » à bon marché » dans nos îles. Quant à Marcel Tuihani, l’actuel locataire du perchoir, il regrette simplement l’absence d’étude de marché pour constater si, oui ou non, il y a bien de la place pour un nouvel opérateur aérien.

Pendant ce temps, l’industrie touristique polynésienne peut compter sur les résidents comme en témoigne le succès renouvelé du 19ème salon du Tourisme organisé à Mamao, début septembre.

Enfin, à noter que Maïlee Faugerat a été nommée le 16 décembre dernier à la présidence du conseil d’administration du GIE Tahiti Tourisme.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close