Les guerriers marquisiens farouchement opposés au projet de pêche d’Eugène Degage

A l’appel du collectif « A Pakaihi Te Tai Nui…A Tu », plus de quatre cents personnes – dont un grand nombre de famille – se sont levées pour dire « non » au projet de « pêche industrielle » que l’homme d’affaires Eugène Degage entend développer aux Marquises.

Ils voulaient « faire trembler les vitres des administrations »…A tout le moins, ils ont suscité la curiosité – pour ne pas dire la sympathie ! – des badauds, ce matin, à l’entrée Est de la Ville de Papeete.

N’en déplaisent aux automobilistes, les opposants ont marché entre l’ancien hôpital Mamao et l’avenue Pouvana’a oopa pour exprimer leur détermination face à ce qu’ils considèrent comme un danger pour la ressource halieutique dans l’archipel.

Comme chacun le sait, les eaux du « fenua enana » sont réputées comme très poissonneuses; elle seraient même une zone de reproduction pour les thonidés que les populations entendent défendre bec et ongle, préférant de loin la perpétuation d’une activité artisanale, à la base d’un développement durable.

A l’évidence, le courant ne passe toujours pas entre d’une part les promoteurs, au premier rang desquels figure la Codim et donc les tavana de l’archipel unanimes sur ce point, et d’autre part une frange de la population hostile au « pillage » des ressources naturelles. Sauf, et ils ne peuvent l’ignorer, que le poisson ne reste pas dans l’archipel. Il voyage et si les Polynésiens ne le capturent pas, ce sont des navires étrangers (Chinois, Coréens, espagnols…) qui s’en chargeront!

Ce que les opposants craignent avant tout, c’est l’aspect industriel de l’opération avec, à terme, l’exploitation d’une centaine de navires autour des Marquises et jusqu’à l’atoll de Clipperton que la France garde précieusement sous son aile face aux velléités du Mexique qu’il considère également comme sa propriété. Rappelons au passage qu’à l’heure actuelle, 35% seulement de la ZEE (Zone économique exclusive polynésienne), est exploitée…En 2015, la pêche hauturière avait prélevé 6237 tonnes de poisson, pour en moyenne 64 thoniers palangriers en activité.

 

Télécharger l'article en PDF

2 pensées sur “Les guerriers marquisiens farouchement opposés au projet de pêche d’Eugène Degage

  • 30 octobre 2017 à 13 h 10 min
    Permalink

    Tahitinews à dit : « Sauf, et ils ne peuvent l’ignorer, que le poisson ne reste pas dans l’archipel. Il voyage et si les Polynésiens ne le capturent pas, ce sont des navires étrangers (Chinois, Coréens, espagnols…) qui s’en chargeront! »

    Avez-vous fait votre travail de journaliste pour affirmer ça ???? Non je ne le crois pas. Avez-vous interroger des scientifiques spécialistes des questions de la vie marine (je parle de vie et non de ressources ou stock, comme on le vois trop souvent).. Non vous ne l’avais pas fait, ou peut-être occulté intentionnellement. Certes des thons (puisque l’on parle de ce poisson), certain vos quitter les eaux territoriale et peut-être péché dans les eaux internationale , mais pas tous. Certain vont rester dans nos eaux, et c’est d’ailleurs peut-être pour ça que nous avons encore pas mal de thons ici dans les eaux entourant les Marquises. D’ailleurs si votre raisonnement était juste, il n’y aurai déjà plus de thons en Polynésie, car ils auraient déjà été tous péché en sortant des eaux Polynésienne et donc impossibilité de se reproduire.

    (…)

    Ndlr: nous avons censuré certains propos insultants, laissant entendre que la rédaction était financé par M. Degage. En dépit de ces assertions, nous publions quand même le reste du commentaire qui, naturellement, n’engage que son auteur.

    Répondre
  • 31 octobre 2017 à 10 h 25 min
    Permalink

    Je suis entièrement d’accord avec les Marquisiens qui contestent l’implantation d’une « pêche industrielle » initiée par l’homme d’affaires Eugène DEGAGE. C’est le peuple Marquisien qui doit exploiter les ressources halieutiques dans leurs eaux, tout simplement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close