Les mémoires assassines de J-M Le Pen

Dans le premier tome de ses mémoires à paraître, le cofondateur du Front national écorche sa fille qui lui a succédé à la tête du parti d’extrême droite.

Il estime également que Pétain «n’a pas failli à l’honneur en signant l’armistice» en 1940.

Des extraits des mémoires de Jean-Marie Le Pen, à paraître le 28 février, ont été publiés, mardi, dans Le Parisien et Le Point .

Dans ce premier tome très attendu, le cofondateur du Front national dit éprouver de la «pitié» pour sa fille Marine, qui a rompu avec lui il y a trois ans. L’ex-patriarche de l’extrême droite française n’aborde la question qu’à la fin de ce premier volume intitulé Fils de la nation(Éditions Muller) qui couvre la période allant de son enfance à 1972.

«Marine vient de subir une présidentielle et des législatives décevantes. (…) Elle peine à faire sa rentrée. Le prochain congrès du FN s’annonce houleux. Elle est assez punie comme cela pour qu’on ne l’accable pas», y écrit-il. «Un sentiment me domine quand j’y pense: j’ai pitié d’elle», poursuit Jean-Marie Le Pen.

Sa benjamine, qui lui a succédé en 2011 à la tête du FN, l’a exclu en 2015 après des propos répétés sur la Seconde guerre mondiale peu en phase avec la stratégie de «dédiabolisation» conçue pour sortir le parti de l’ornière.

Source: Yahoo actualités

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close