Les multinationales sommées d’éviter toute relation financière ou commerciale avec l’Etat islamique

De grandes entreprises comme Apple, Microsoft, Google ou Facebook s’opposent violemment à ouvrir l’accès des données cryptées qu’elles génèrent, aux autorités qui luttent contre le terrorisme. Quant aux multinationales qui seraient confondues de faire du business avec Daesh, elles risquent très gros.

Les rapports économiques et financiers entre le grand business, les multinationales et les organisations terroristes, comme Daesh ont été traités en marge du dernier G20 en début de semaine. Cette question est ressortie également au Parlement européen dans le cadre de la réglementation pour limiter l’optimisation fiscale et la fuite des profits vers des pays à fiscalité light.

Le débat n’a pas pris de dimension publique. Il est né dans les coulisses du G20, à l’initiative des chefs d’Etat et de gouvernements européens. Il a ensuite évolué dans les bureaux de la Commission européenne. Ce débat porte en fait sur deux questions.

La première, la plus urgente, porte sur le comportement des grandes entreprises internationales de la nouvelle technologie. Elle s’adresse plus précisément, pour l’instant, aux big five : Apple, Microsoft, Dell, Google et Facebook. D’autres entreprises pourraient être concernées dans les jours qui viennent.

La question posée par les organisations anti-terroristes est de savoir dans quelle mesure ces grandes entreprises pourraient ouvrir l’accès aux données cryptées qui circulent chez eux ou qui sont gérées par elles. Dans la mesure où les communications de Daesh avec leurs correspondants dans le monde sont généralement cryptées, beaucoup de gouvernements, dont la France, la plupart des services de police et d’investigation ont demandé cet accès.

La réponse des dirigeants de ces entreprises a été violemment négative. Ils sont d’ailleurs soutenus dans leur position par le gouvernement américain. Pas question d’ouvrir la porte à une procédure qui représente une menace (…)lire la suite sur Atlantico

Lire la suite : Les multinationales sommées d’éviter toute relation financière ou commerciale avec l’Etat islamique
Source: Yahoo Économie

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close