« Les praticiens hospitaliers ne sont pas des nantis! »

 

Les praticiens hospitaliers exerçant dans la principale structure de santé publique de notre pays sont à nouveau en grève, commente aujourd’hui La République en Marche Polynésie. Voici leur communiqué.

Autrement dit, les patients polynésiens n’ont plus accès à des conditions optimums de soins.

Le public doit cette situation au fait que deux groupes de personnes justifiant chacun de plus de dix ans d’étude n’ont pas su trouver un terrain d’entente. C’est tout aussi ubuesque qu’inexcusable.

Cette grève n’étant pas la première, il existe un problème de fonds sur l’autel duquel sont sacrifiés la sérénité, le recul, l’empathie ainsi que la science médicale caractéristiques de tout établissement hospitalier.

Venons-en aux faits : depuis plusieurs années les protocoles d’accords signés à l’occasion de précédents conflits ne sont pas respectés. Les praticiens hospitaliers ne sont pas des nantis. En libéral, on gagne au minimum deux fois plus. D’où un déficit de médecins dans plusieurs spécialités.

En raison de situations sanitaires qui seraient jugées comme inacceptables en France, la République en Marche Polynésie juge l’intervention de l’Etat nécessaire. Citons à titre d’exemples ; la mise en danger des femmes enceintes aux iles marquises ainsi qu’à Taravao, reconnaissons les déficiences en matière de dépistage et de traitements du cancer, ouvrons les yeux sur le drame sanitaire du diabète et de l’obésité.

L’organisation mondiale de la santé nous donne le « coup de grâce » en annonçant le fait que 42% de nos concitoyens souffrent de troubles mentaux !

Les rémunérations, reprise d’ancienneté, formation continue du personnel hospitalier polynésien doivent être révisées en regardant du côté de la France car dans ces domaines, nous avons vingt ans de retard (encore une fois)…

Entre la PSG mainte fois repoussée, le CHPF et les problématiques ci-dessous évoquées….le sujet de la santé est explosif. Un parfait exemple d’immobilisme politique.

Reconnaissons le dévouement dont fait preuve l’ensemble du personnel hospitalier. En Polynésie, le comportement professionnel du personnel de santé public est d’une exceptionnelle qualité. L’affection et le respect que lui voue la population en est la meilleure des illustrations.

Personne ne doute du fait que l’actuel ainsi que l’ancien ministre de la Santé, tous deux médecins, ne soient pas totalement imprégnés du même dévouement que leur confrères grévistes.

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close