Les prix en Polynésie 39% plus élevés qu’en métropole

En mars 2016, les prix à la consommation étaient 39 % plus élevés en Polynésie française qu’en France métropolitaine, un écart supérieur à celui de 2010 (+ 26 %), rapporte l’Institut de statistique (ISPF). 

Pour un ménage métropolitain s’installant sur le territoire polynésien sans modifier ses habitudes de consommation, les prix lui apparaîtront 55 % plus élevés qu’en métropole (51 % en 2010). Ces écarts de prix s’expliquent essentiellement par la cherté des produits alimentaires et du logement. Cette comparaison géographique des prix de biens et services est fondée sur la comparaison du coût d’un panier de consommation de référence, poursuit l’organisme dans sa note.

Les principales contributions aux écarts de prix viennent des produits alimentaires et boissons non alcoolisées (12 points), du logement (6 points) et des autres biens et services (4,5 points), plus particulièrement des assurances. Ainsi, sur les produits alimentaires et boissons non alcoolisées, l’indice de Fisher mesure un écart de prix de 48 % en Polynésie française, relativement à la métropole. Il est de 35 % pour le logement et de 62 % pour les autres biens et services. La différence de classement des divisions de la COICOP entre les contributions aux écarts de prix et les écarts eux-mêmes, tient au niveau de pondération du poste de dépense concerné dans le panier de consommation.

Les écarts de prix entre territoires sont plus grands du point de vue d’un ménage métropolitain que de celui d’un ménage ultra-marin. S’il gardait son mode de vie, un ménage de France métropolitaine augmenterait son budget de 55 % en Polynésie française. Comparativement, ce même budget augmenterait de 16 % en Guyane, de 17 % en Martinique et Guadeloupe et de 11 % à La Réunion. En revanche, le budget de consommation d’un ménage polynésien serait moindre de 19 % s’il vivait en France métropolitaine en gardant ses habitudes de consommation. Son budget serait en moyenne inférieur de 7 % s’il était originaire de la Guyane, de la Martinique ou de la Guadeloupe. Il serait inférieur de 4 % s’il était originaire de La Réunion.

Quel que soit le territoire d’outre-mer, l’alimentaire présente le plus fort écart de prix. Cet écart est de 81 % en Polynésie française, alors qu’il est de 48% en Martinique, 42 % en Guadeloupe, 45 % en Guyane et 37 % à La Réunion.

Les prix des boissons alcoolisées et tabacs sont plus importants dans l’outre-mer qu’en métropole. L’écart atteint 142 % en Polynésie française et a progressé depuis 2010 (104 %). Cette évolution est pour partie liée aux taxes sur les sucres, les alcools et les tabacs mises en place après 2010. L’écart le plus élevé dans les DOM s’élève à 32 % pour la Martinique et La Réunion.

En 2016, comme en 2010, le calcul de l’indice synthétique de Fisher montre que les prix sont plus élevés dans les collectivités d’outre-mer qu’en métropole et la Polynésie française se situe à un niveau plus haut que les départements d’outre-mer2. L’importance des frais d’approche et de transport en Polynésie française (environ 15 % de la valeur CAF des produits importés) d’une part et le caractère essentiellement indirect de sa fiscalité, d’autre part, expliquent ces différences. En effet, lorsque la fiscalité est indirecte, les prix s’accroissent de droits et taxes (TVA, droits de douanes, impôts sur les sociétés, etc., environ 45 % de la fiscalité en Polynésie française).

Depuis 2010, le classement des territoires d’Outre-Mer selon la cherté de la vie a évolué. Après la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française, c’est en Guyane que les prix étaient globalement les plus élevés. En 2015, le troisième plus fort écart de prix s’observe en Martinique, puis en Guyane. Par ailleurs, en 2015, l’écart entre la Polynésie française et les Départements d’Outre-Mer (DOM) est plus important qu’en 2010.

(Extraits de l’étude ISPF)

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close