Les voeux du président Edouard Fritch pour 2015

Voici le message de voeux pour 2015 adressé par Edouard Fritch.

Mes chers amis,

L’année qui s’achève aura été une année de transition avec la mise en place d’un nouveau gouvernement. Nous nous sommes inscrits dans la continuité de l’équipe précédente pour redresser les comptes publics et faire des actions de relance.

Les plus démunis, ceux qui sont privés de revenus, restent au cœur de nos préoccupations. Mais beaucoup reste à faire pour donner un nouvel élan à l’économie et à la création d’emplois.

Ces fêtes de fin d’année doivent nous inciter à mettre en œuvre nos valeurs communes de solidarité et de partage. En effet, encore aujourd’hui, un grand nombre reste exclu en raison des souffrances, de la maladie, de l’absence d’emploi ; je leur exprime toute ma compassion.

L’année 2015 qui s’ouvre doit porter nos espoirs. Le Pays, l’Etat et les communes conjuguent actuellement leurs efforts pour que notre Polynésie retrouve la prospérité.

Les autorités du Pays ont leur part et font avec les moyens dont nous disposons auxquels vous contribuez tous. L’Etat est à nos côtés pour nous soutenir, pour faire jouer la solidarité nationale. Nous travaillons dans un esprit de responsabilité, de confiance et de respect mutuel.

Vous l’avez vu, j’ai souhaité également associer les communes et leurs maires dans le développement de notre pays. Je compte énormément sur leur implication.

Mais ni le Pays, ni l’Etat, ni les communes ne peuvent tout faire. Les investisseurs privés se doivent de participer à la construction des richesses de demain.

C’est vrai, pour le développement de notre Pays, nous faisons appel à des investisseurs étrangers. Mais notre richesse première, c’est notre peuple, pacifique et chrétien.

J’ai confiance et je vous demande d’avoir confiance dans l’avenir.

Nous réussirons si nous sommes tous portés par cette même foi et cette même volonté de construire ensemble.

Notre pays doit se rassembler autour de l’essentiel. Ce n’est pas en étant portés par la vision d’un passé révolu, par des esprits corporatistes ou partisans, que nous bâtirons notre maison commune.

Je sais que vous avez le sentiment que nos querelles politiciennes occupent plus de place que les problèmes de la population. Mais, je sais aussi que vous préfèreriez que les politiques soient unis pour résoudre vos problèmes. C’est ma perception.

Je sais que beaucoup d’entre vous ont perdu espoir, qu’ils se sentent marginalisés, oubliés. Comme je sais que dans chaque famille, il y a un enfant, un parent, un proche qui n’a pas d’emploi.

J’ai conscience de cela. Aussi, je mets toute mon ardeur à ce que vos problèmes trouvent une solution. Ne cédez pas au renoncement. Gardez espoir.

Nous devons, tous, être résolument tournés vers l’avenir de notre Pays. Nous devons rejeter tout ce qui pourrait nuire à notre développement harmonieux. Nous devons être déterminés à réussir ensemble. J’ai tant envie de rassembler toutes les énergies positives de notre pays pour que nous apportions ensemble une solution à ceux qui souffrent.

Nous avons traversé tant d’épreuves que nous avons réussi à surmonter. Je suis intimement persuadé que dans la paix, dans l’unité et la solidarité, nous pourrons relever tous les défis.

Alors, soyons rassemblés, engageons nous tous sur la même voie. Croyons en nous. Croyons en notre Pays. Nous réussirons.

Mes chers amis, je vous souhaite à toutes et à tous une bonne année, heureuse, sereine et prospère.

 

 

 

 

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close