Les voeux du Sdiraf pour 2016

Le Sdiraf, présidé par Emile Vernier, présente ses voeux pour la nouvelle année.

L’année 2015 se termine, c’est le moment de souhaiter des bonnes choses pour la nouvelle année qui arrive. Rêvons un peu !!!

Le Sdiraf souhaite à tous les Polynésiens et toutes les Polynésiennes, une bonne et heureuse année 2016.

Espérons tous que cette année nouvelle soit l’année de la transparence, pour que les responsables cessent de prendre les populations pour moins que rien. Ainsi, le gouvernement a décidé de geler les pensions 2016, comme c’est le cas depuis 2010. Difficile de comprendre une telle décision alors qu’aucune explication n’est donnée aux retraités. Il va falloir à nouveau demander à la justice d’intervenir pour que les règles de fonctionnement de la CPS soient respectées.

Espérons aussi que tous les responsables quels qu’ils soient – gouvernement, élus, responsables syndicaux de salariés et patronaux – se décident enfin à prendre en compte les résultats de leurs gestions, qui sont catastrophiques pour les retraites. Statutairement, il aurait fallu un fonds de garantie de 120 milliards Fcfp alors qu’il n’y en même pas 50. Ce sont les retraites même, les actuelles mais aussi les futures qui sont menacées. Des réformes doivent être menées rapidement, pour le code de travail qui est un frein au développement de l’emploi, pour la PSG dont les comptes la mènent à l’agonie, en faveur des retraités pour qui le Sdiraf demande instamment aux autorités de mettre en place les assises des seniors, afin de mieux comprendre les difficultés dans lesquelles les familles sont obligées de vivre. Pour 2016, espérons aussi que les responsables sauront mener à bien la réforme des terres. Il est anormal que les terres continuent de rester dans l’indivision, tout en faisant en sorte que les terres partagées ne puissent être vendues à des personnes non résidentes en Polynésie française.

Encore un vœu du Sdiraf pour 2016 : La Polynésie est Française. Pourtant, nous ne sommes pas sur le même pied d’égalité que nos compatriotes des départements. L’Etat prend à sa charge les personnes nécessiteuses, sans travail. Il y en a plein comme cela en Polynésie. Pourquoi le RSA ou Revenu de Solidarité Active ne s’applique-t-il pas dans notre pays ? La Polynésie française a accepté de faire en sorte d’aider la France à devenir une puissance nucléaire. Ce serait une bonne reconnaissance pour la mère patrie comme on dit, si cette mère patrie acceptait de reconnaître que les Polynésiens ont aussi besoin d’être aidés, comme les parisiens ou les marseillais, ou les réunionnais…

Ah, si nous pouvions obtenir certains points. 2016 serait alors une bonne année.

Courage à tout le monde, notamment à ceux qui ont connu des dégâts lors des dernières intempéries.

A fa’aitoito ana’e et IA OAOA TEIE MATAHITI API TEI FA MAI NEI.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close