L’Etat met la main à la poche pour financer le micro-crédit au travers l’Adie

 

Le haut-commissaire de la République, René Bidal, a souhaité, cette année encore, mettre à l’honneur l’exemple remarquable d’économie solidaire que constitue le micro-crédit.

L’occasion de signer avec la directrice régionale de l’Adie, Wendy Mou Kui, un avenant à la convention annuelle 2017 qui fixe la participation totale de l’État pour 2017 à 23,8 millions de FCFP ainsi que de la convention annuelle 2018 qui prévoit un financement de l’État de 17,9 millions de FCFP, susceptible d’être complété en cours d’année prochaine, selon les résultats enregistrés.

Jusqu’alors, cette signature intervenait en août. Pour 2018, le haut-commissaire a obtenu du Ministère des Outre-mer que ce partenariat soit renouvelé dès le mois de décembre afin de permettre à l’Adie de poursuivre son déploiement dès les premiers mois de l’année.

L’Adie est une association reconnue d’utilité publique construite comme une réponse aux oubliés du financement bancaire conventionnel, des personnes peu solvables ou présentant des projets de trop faible envergure pour être soutenus par une banque.

L’Adie aide ces personnes à créer leur entreprise et donc leur emploi grâce à un micro-crédit ainsi qu’un accompagnement adapté. Outil de cohésion sociale, il permet ainsi aux plus modestes de trouver leur place au sein de la société.

A l’occasion de la signature de ces conventions, le représentant de l’Etat est venu féliciter des chefs d’entreprise ayant bénéficié du soutien de micro-crédits : Valérie DEFOIS qui s’est lancée dans l’artisanat ; Flore HANI qui a créé sa propre marque de vêtements ; Haumanava TIXIER qui utilise les peaux de poissons pour confectionner des vêtements et des bijoux et Norbert DOOM qui fabrique des pirogues de compétition.

En progression constante depuis près de dix ans, l’Adie a accordé, au cours du second semestre 2017, 582 micro-crédits et accompagné 372 porteurs de projets. Ce soutien vital constitue la base d’un développement pérenne puisque 77 % des entreprises aidées sont toujours en activité après deux ans d’existence.

Pour 2018, le Haut-Commissaire a demandé à l’Adie de prévoir son installation aux Marquises, pour que tous les archipels bénéficient d’un accès de proximité à ses prestations.

Communiqué HC

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close