L’IEOM note une amélioration de l’activité bancaire au troisième trimestre 2014

Dans son dernier bulletin, l’Institut d’émission d’outre-mer (IEOM) présente les « évolutions bancaires et monétaires en Polynésie française » au 30 septembre 2014.
Dans un contexte de stabilisation de l’économie polynésienne, et alors que l’indicateur du climat des affaires demeure  favorable, l’activité bancaire s’améliore au troisième trimestre 2014. Elle est caractérisée par une légère reprise de l’encours des crédits et une meilleure collecte des dépôts.

La sinistralité du portefeuille des banques se maintient tout en demeurant à un niveau élevé.

L’encours sain des crédits octroyés par les banques locales affiche un léger rebond à fin septembre 2014 (+0,3 % sur trois mois) après deux trimestres de recul.

Cette évolution s’explique par l’amélioration du rythme de croissance des crédits aux entreprises (+0,6 % sur trois mois, sans toutefois compenser la baisse des derniers trimestres) et des crédits aux particuliers.

Après deux trimestres de repli, l’encours des crédits d’investissement affiche un rebond de 2,7 % (+8,2 % en glissement annuel), grâce à la mise en place de prêts significatifs, notamment en faveur du secteur des transports. En revanche, les crédits d’exploitation poursuivent leur baisse, mais à un rythme moindre ce trimestre (-0,9 % après -3,2 % en juin 2014).

L’encours sain des crédits aux ménages affiche une nouvelle progression de 0,5 %, après +0,3 % à fin juin 2014, grâce à la bonne tenue des crédits à l’habitat (+1,0 %), qui poursuivent l’évolution à la hausse engagée depuis plusieurs trimestres à la faveur de taux d’intérêt bas. En revanche, l’encours des crédits à la consommation décline de nouveau (-1,8 %), prolongeant une tendance négative constatée depuis cinq ans.

En parallèle, les actifs financiers collectés par le système bancaire local progressent de nouveau (+1,5 % sur le trimestre, après +2,1 % au 30 juin 2014), compensant la baisse des précédents trimestres. L’encours global affiche ainsi une hausse de 1,5 % en glissement annuel, à 406 milliards de F CFP.

La qualité du portefeuille de créances des banques de la place se maintient au troisième trimestre 2014. L’encours des créances douteuses brutes se replie légèrement (-0,4 % sur le trimestre) pour s’établir à 63,2 milliards de F CFP. Le taux de créances douteuses brutes s’établit à 13,2 % (-0,1 point sur le trimestre, +0,5 point sur l’année).

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close