L’ombre de Pinochet plane toujours sur le Chili

L’armée refuse d’ouvrir ses archives, les défenseurs de la dictature jouissent encore d’un poids économique et politique et les victimes réclament toujours justice: au Chili, quarante cinq ans après le coup d’Etat, les blessures restent ouvertes.

Le 11 septembre 1973, les forces armées chiliennes organisent un putsch contre le pouvoir en place qui se solde par le suicide du président socialiste Salvador Allende dans le palais présidentiel de La Moneda bombardé par l’aviation. Ce coup de force renverse le gouvernement de l’Unité populaire, première coalition marxiste élue en Amérique latine.

Les profondes divisions de la société chilienne, la crise économique et l’ingérence des Etats-Unis dans un contexte de guerre froide laissent le champ libre à dix-sept ans de dictature militaire d’Augusto Pinochet, jusqu’en 1990.

Les organisations de défense des droits de l’homme estiment que 3.200 personnes ont été tuées par ce régime et quelque 38.000 autres torturées, dont l’ex-présidente chilienne Michelle Bachelet et actuellement à la tête du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme.

Signe que ces tensions restent vives, des incidents ont opposé dimanche les forces de l’ordre à des manifestants qui participaient à une marche commémorative organisée par le parti communiste chilien.

Mardi, alors que le pays marque les quarante-cinq ans du coup d’Etat, le président conservateur Sebastian Piñera, anti-pinochetiste déclaré, a appelé ses concitoyens à « tirer les leçons de l’histoire » pour ne pas commettre « les mêmes erreurs ».

Pendant ce temps, des militants de gauche ont déposé des gerbes de fleurs devant une des portes latérales du palais présidentiel, côté rue Morandé. C’est là que le corps du président Allende avait été évacué après le coup d’Etat.

Ces commémorations interviennent alors qu’une décision de justice controversée agite le Chili depuis le mois de juillet: trois magistrats de la Cour suprême ont remis en liberté conditionnelle sept ex-agents de la dictature emprisonnés pour crimes contre l’humanité, au grand dam des ONG et des familles de disparus.

L’ex-dictateur, mort en 2006 sans avoir été condamné, est resté le commandant en chef des forces armées et sénateur à vie.

Vingt-huit ans après le retour de la démocratie, l’empreinte de Pinochet reste incontournable dans la vie économique et politique chilienne et une société considérée comme encore très conservatrice.

Ainsi, lors des dernières élections de novembre, José Antonio Kast, nostalgique assumé de la dictature, a obtenu 10% des voix et l’Union démocratique indépendante (UDI), un des piliers de la coalition derrière l’actuel président, continue de revendiquer l’héritage de la dictature.

Source: Yahoo actualités

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close