Lutte contre la dengue et le zika: ne baissons pas la garde!

Le dispositif élaboré en partenariat par l’Etat et le Pays a été satisfaisant et efficace puisque le nombre de cas de Zika est très nettement en recul. Les chiffres de la dengue suivent la même courbe descendante. 507 cas de Zika sont encore officiellement déclarés, et 50 patients souffrent encore de cas sévère de la dengue à la date d’aujourd’hui.

Quatre malades atteints du syndrome de Guilin Barré sont en réanimation à l’hôpital de Taaone, tandis que treize patients sont encore au centre Te Tiare. Les derniers cas de Guilin Barré recensés en début d’année sont dans les archipels : trois cas aux Iles sous le vent (Uturoa, Huahine et Bora Bora), deux aux Tuamotu (Rangiroa et Makemo) et un aux Australes (Tubuai) où la vigilance a baissé d’un niveau.

L’épidémie reste majeure, c’est la première fois dans le monde qu’autant de cas de Guilin-Barré (40), sont observés lors d’une épidémie de Zika. La menace est très sérieuse, et elle n’est pas circonscrite. Le risque sanitaire demeure.

L’Etat et le Pays partagent la même préoccupation. Ils rappellent qu’il ne faut surtout pas baisser les bras maintenant, car la saison des pluies qui a longtemps tardé, entre véritablement dans sa phase active. Les fortes pluies vont à coup sûr provoquer l’augmentation importante du nombre de moustiques, et par la même occasion, augmenter les risques de relancer les épidémies de dengue et de zika, déjà présentes.

Tous les acteurs de la lutte anti-vectorielle restent donc mobilisés. Il est nécessaire de continuer et de renforcer les actions sur le terrain, avec l’aide de la population, au risque de perdre les bénéfices du travail déjà accompli.

En ce qui concerne l’usage de la deltaméthrine, les autorités de l’Etat et du Pays rappellent que ce produit est recommandé par l’OMS et qu’il n’induit pas de conséquences pour la santé des individus, et que son impact sur l’environnement est négligeable. Les doses utilisées en Polynésie française sont faibles et se situent très en-dessous des doses utilisées quotidiennement par les particuliers lorsque ceux-ci font usage de bombes aérosols ou de tortillons par exemple. Un gramme de deltaméthrine est nécessaire pour traiter l’équivalent de deux stades de football, tandis qu’une bombe aérosol contient 5,75 grammes d’une molécule similaire. La lutte anti vectorielle et le dégitage vont donc être poursuivis.

L’Etat rappelle aux maires qu’ils sont responsables des mesures préventives prises dans le cadre des épidémies, et qu’il leur appartient de veiller à ce que les mesures sanitaires décidées par les autorités puissent être mise en œuvre dans leur commune. Le Haut Commissaire de la République en Polynésie française a écrit aux maires pour leur rappeler cette responsabilité qui est la leur, et qui peut les engager jusque devant le juge.

illustration-propagation-dengue

Les autorités rappellent que ce n’est pas l’usage de la deltaméthrine qui pose aujourd’hui des problèmes sanitaires graves à la population Polynésienne, mais bien les épidémies de zika et de dengue qui entrainent de nombreuses hospitalisations et de longues souffrances.

Seule la santé des personnes compte, et toutes les précautions nécessaires ont été prises dans le cadre des dispositifs de lutte. En conséquence l’éradication des moustiques, considérés comme l’unique vecteur de ces maladies, reste plus que jamais la priorité. A ce titre, seuls la lutte chimique et le dégitage ont prouvé leur efficacité. Les autorités invitent la population à demeurer vigilante et à poursuivre les opérations de dégitages qui restent indispensables et complémentaires de la lutte anti vectorielle.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close