M. Monvoisin: « Baisser le prix des billets d’avion ne ferait pas venir davantage de touristes »

Alors que le 17ème salon du tourisme bat son plein, salle Aorai Tini Hau, le Pdg d’Air Tahiti Nui, Michel Monvoisin, était samedi soir l’invité du journal de Polynésie 1ère.

 

Face à Natacha Szilagy, le président du GIE Tahiti Tourisme a d’abord défendu les actions de promotion mises en oeuvre par le groupement qui, il est vrai, font la part belle à Bora Bora, « notre Tour Eiffel » considérée ici comme la Perle du Pacifique. Mais pas seulement, a t-il ajouté, puisque des efforts sont menés de concert pour promouvoir la Basse saison ainsi que d’autres îles.

Coiffant ensuite sa casquette de commandement de bord d’Air Tahiti Nui, Michel Monvoisin a voulu rétablir quelques « vérités » s’agissant de sa politique tarifaire. Et de rappeler en premier lieu que la compagnie au tiare a déjà consenti trois baisses de prix en direction du marché local pour un montant global de 1 milliard de Fcfp, ce qui représente 20% des résultats de la société. Ndlr: il n’en reste pas moins que sur un billet Papeete-Paris acheté, la « surcharge kérosène » représente encore la bagatelle de 47 960 Fcfp.

Mais qu’à cela ne tienne, le Pdg affirme sans sourciller que « baisser le prix des billets d’avion ne ferait pas venir davantage de touristes! » Selon lui, ce n’est pas le principal frein au développement touristique. En revanche, la principale critique des professionnels à l’étranger porte sur le manque de chambres et bungalows disponibles durant une bonne partie de l’année.

En ce sens, Michel Monvoisin a cité en exemple la clairvoyance du propriétaire de l’hôtel Hilton Bora Bora qui vient d’engager deux milliards Fcfp de travaux pour « monter en gamme » et séduire ainsi une nouvelle clientèle. Seul inconvénient: la fermeture des travaux jusqu’au mois de décembre.

Rappelons enfin que la compagnie au tiare a réalisé un bénéfice record de 4,8 milliards de Fcfp en 2015 dont deux sont imputables à la seule baisse des prix du carburant. « Le travail paie… » a simplement déclaré le Pdg alors que la compagnie travaille actuellement au renouvellement de sa flotte avec la commande ferme de quatre Boeing 787 Dreamliner dont le premier appareil est attendu en octobre 2018.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close