Marcel Tuihani: « Les accès doivent être libérés »

Informé de la situation à 3h16 très exactement, le président de l’assemblée de la Polynésie française, Marcel Tuihani, a aussitôt pris contact sur place avec les manifestants.

Le sujet relatif à l’extraction et au curage des rivières est entre les mains du gouvernement depuis plusieurs semaines déjà. Et aujourd’hui, ce sont les élus de l’APF qui sont « pris en otage »…ce que ne comprends pas le président de l’institution.

Face aux journalistes, Marcel Tuihani a indiqué ce matin avoir « demandé instamment au ministre de l’Equipement, Albert Solia, de traiter la question en pré-conseil des ministres » devant se tenir au même moment à la Présidence.

Avant de trancher: « J’ose espérer que le gouvernement prendra ses responsabilités (…) En tant que président, je prends les miennes ».

Pour autant, le président de l’institution ne souhaite pas apparaître comme un médiateur dans cette affaire, se bornant simplement à vouloir rétablir les relations entre les deux parties.

Objectif poursuivi: « Les accès doivent être libérés! » Mais il ne s’agit pas d’un ultimatum, chaque chose en son temps…, précise l’intéressé dans la perspective de pouvoir tenir sereinement la séance extraordinaire programmée demain, mardi 8 septembre.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close