Marcel Tuihani rêve d’un « mini-shanghai », chez nous…

 

Le président de l’assemblée de la Polynésie française, Marcel Tuihani, a reçu ce lundi matin le nouveau consul de Chine en poste à Papeete, Shen Zhiliang.

Monsieur Shen connaît déjà la Polynésie pour y être venu en 2009. Il a pris ses fonctions voilà dix jours et s’est dit « impressionné » par la chaleur de l’accueil des Polynésiens et par la beauté des paysages.

Il est le cinquième consul en poste depuis la réouverture du consulat de Chine voilà dix ans. Il s’est réjoui des relations constructives et amicales que la Chine et la Polynésie française ont su nouer au fil du temps.

Sa mission est de renforcer ces liens et de concrétiser les projets de partenariat et de coopération. En raison de sa position géographique unique, il croit beaucoup dans l’important potentiel maritime et touristique de la Polynésie française. Il a rappelé l’état d’esprit de cette relation qui doit être basée sur le «respect mutuel » et des « échanges gagnant-gagnant. »

Le président de l’assemblée s’est dit honoré de recevoir le nouveau consul de Chine dans l‘hémicycle, « un site emblématique, un haut lieu de l’histoire et de la vie politique polynésienne », dans lequel Marcel Tuihani accueille les hôtes de marque. Le président de l’assemblée a souligné la qualité des relations qui existent désormais entre les deux pays. Il s’est toutefois interrogé de savoir « comment ces relations doivent évoluer et se construire dans l’avenir ? ».

Le consul a invité le président Tuihani à visiter Shanghai, qu’il présente comme « la vitrine du développent moderne et des réformes de la Chine ». Marcel Tuihani a rebondi sur cet exemple pour expliquer qu’il rêve « chez nous d’un mini Shanghai, je veux dire par là, une ville ouverte, moderne, dynamique, où les jeunes peuvent vivre et travailler, une ville qui ne dort jamais la nuit ».

En terme de développement, Marcel Tuihani a indiqué que la Chine était, par bien des aspects, un modèle à suivre. Il considère que la relation entre les deux pays comporte désormais les ingrédients d’un bon partenariat gagnant-gagnant. Il souhaiterait que « ce partenariat bénéficie à nos entreprises », qu’on les aide à se développer, à être compétitives, à s’ouvrir sur l’immense marché chinois.

Le consul de Chine s’est déclaré désireux de s’inscrire dans cette démarche et d’étudier la meilleure façon d’atteindre ces objectifs. Il a indiqué que de nombreuses entreprises chinoises qu’il a rencontrées avant de prendre ses fonctions sont très intéressées par établir des échanges avec la Polynésie française. Il a également souligné que le gouvernement chinois encourage les entreprises à s’exporter à l’étranger, et exige qu’elles respectent les lois locales, les coutumes du pays, insistant sur leur responsabilité sociale. Monsieur Shen Zhiliang entend ainsi jeter les bases d’une coopération plus fructueuse dans l’avenir.

Pour lui, la relation entre les peuples doit être au centre des échanges. Il a invité le président de l’assemblée à se rendre en visite officielle en Chine.

Communiqué et photo: APF

Télécharger l'article en PDF

Une pensée sur “Marcel Tuihani rêve d’un « mini-shanghai », chez nous…

  • 7 novembre 2017 à 14 h 44 min
    Permalink

    Et pai e , Tuihani veut « d’un mini-shangai une ville ouverte, moderne, dynamique, où les jeunes peuvent vivre et travailler, une ville qui ne dort jamais la nuit » et où les mauvais payeurs sont exempts. J’espère qu’il aura l’occasion de lui parler des impayés de loyers dûs à Mme SOU NAM

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close