Marcel Tuihani se dit « sous contrôle » de la majorité

Avant même l’examen, ce matin à Tarahoi, de la proposition de délibération visant à modifier le règlement intérieur de l’assemblée de la Polynésie française, le président de l’institution, Marcel Tuihani, a fait part aux médias de ses observations.

 

Quatre jours seulement après avoir exposé son « concept de politique solidaire » à l’ouverture de la session administrative, comme un signe d’apaisement à l’adresse du pouvoir exécutif, Marcel Tuihani repart à la charge !

Les onze amendements déposés en séance par le Rassemblement pour une majorité autonomiste sont, à ses yeux, un coup de poignard dans le dos qui n’aurait pour seule finalité que de « neutraliser l’action de l’APF ». Et de juger cette attitude comme « profondément dommageable pour l’institution ».

Pourtant, par la voix de sa présidente de groupe, Sylvana Puhetini, la majorité a expliqué pourquoi elle entendait revenir sur un certain nombre de dispositions, étant entendu que durant les discussions en interne elle ne disposait pas du nombre de voix suffisants pour imposer ses choix. C’est désormais le cas!

S’agissant de la décision de reporter la création de la commission d’évaluation des politiques publique, le RMA souhaite en effet connaître au préalable « les conclusions de l’audit externe sur l’organisation et le fonctionnement des services administratifs de l’Assemblée (…). Les préconisations issues de cet audit devaient aboutir à une réorganisation des services de notre institution dont les élus doivent avoir connaissance. Ces étapes sont le préalable à la création de toute nouvelle entité. Il n’est pas raisonnable en l’état actuel de créer des coûts supplémentaires au budget de fonctionnement de l’Assemblée », a déclaré Sylvana Puhetini dans son intervention publique.

Mais c’est surtout sur la question d’un renforcement du contrôle des collaborateurs que les points de vue divergent. Marcel Tuihani avait proposé que chacun groupe remplisse un formulaire d’activité semestrielle ou annuelle. Le RMA préfère renvoyer la responsabilité vers les présidents de groupe, plutôt qu’une déclaration dont nul ne pourra juger de la véracité des informations. Marcel Tuihani ne l’entend pas de cette oreille et annonce d’ores et déjà qu’il compte en référer à la Chambre territoriale des comptes (CTC) qui, le moment venu, devra se plonger dans les comptes de l’institution.

Toujours est-il que Marcel Tuihani s’est dit « inquiet » de voir ces amendements, allant jusqu’à conclure: « La majorité m’a placé sous contrôle et en liberté surveillée ».

Sur l’ensemble du texte, la délibération modifiant le règlement intérieur de l’assemblée de la Polynésie française a été adoptée à l’unanimité des représentants présents.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close