Messe donnée à l’occasion de la Sainte Geneviève, patronne des gendarmes

Le directeur du cabinet du Haut-Commissaire, Frédéric Poisot, a représenté René Bidal, actuellement en déplacement en métropole, lors de la messe donnée à l’occasion de la Sainte Geneviève, patronne des gendarmes, à l’église du « Sacré Cœur » de Arue.

Un peu d’histoire quand même…Geneviève (née à Nanterre en 423, morte à Paris le 3 janvier 512 (ou en 502 selon d’autres sources) est une sainte française, patronne de la ville de Paris, du diocèse de Nanterre  et des gendarmes.

Fille unique de Severus, probablement un Franc romanisé, et de Geroncia d’origine grecque, elle aurait hérité en tant que fille unique de la charge de membre du conseil municipal (curia) détenue par son père, charge qu’elle aurait exercée tout d’abord à Nanterre, puis à Paris après son installation dans cette ville chez une « marraine » influente.

Elle se voue très jeune à Dieu et mène une vie consacrée et ascétique, probablement dès ses seize ans.

Selon la tradition, lors du siège de Paris en 451, grâce à sa force de caractère, Geneviève, qui n’a que 28 ans, convainc les habitants de Paris de ne pas abandonner leur cité aux Huns. Elle encourage les Parisiens à résister à l’invasion par les paroles célèbres : « Que les hommes fuient, s’ils veulent, s’ils ne sont plus capables de se battre. Nous les femmes, nous prierons Dieu tant et tant qu’Il entendra nos supplications. » De fait, Attila évita Lutèce (Paris).

Une autre hypothèse controversée prétend qu’elle aurait averti l’envahisseur d’une épidémie de choléra sévissant dans la région. Enfin, par ses liens avec les Francs, intégrés au dispositif romain, elle aurait pu savoir qu’Attila voulait s’attaquer d’abord aux Wisigoths en Aquitaine, et ne voulait sans doute pas perdre du temps devant Paris. Dans tous les cas, le plus important était d’empêcher les Parisiens de risquer leur vie en fuyant.

(…)

Sainte patronne de Paris et du diocèse de Nanterre, Geneviève est fêtée le 3 janvier. La Gendarmerie nationale, dont elle est également la sainte patronne, la fête, quant à elle, le 26 novembre date du « Miracle des ardents » : en rapport avec l’intoxication par le seigle qui sévit à Paris en 1130.

Source: Wikipedia

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close