Michel Buillard: « Le pouvoir d’initiative appartient au président du Pays »

Invité dimanche soir sur le plateau du journal de Polynésie 1ère, le représentant à l’assemblée et maire de Papeete, Michel Buillard, a clairement pris position dans la guerre de tranchée qui sévit au sein de la famille orange.

Depuis l’adoption de la résolution sur le nucléaire, Michel Buillard, comme d’autres élus de la majorité, avait montré un certain agacement, considérant cette initiative comme quelque peu inamicale vis-à-vis du gouvernement central. Alors même qu’en « très peu de temps, le président Fritch a réussi à normaliser nos relations avec l’Etat », a t-il souligné à la télévision.

Pour autant, durant les semaines qui suivirent, le tavana de la capitale s’est bien gardé de dire tout haut ce qu’il pensait de la crise interne au Tahoeraa…

Aussi, quand on l’interroge aujourd’hui sur une possible réconciliation entre les deux principaux dirigeants à la tête du mouvement, Michel Buillard se veut réaliste. « C’est une première étape mais il y a encore beaucoup de travail… ». Et d’y voir quand même un point positif, à savoir: celui d’avoir renoué une confiance mutuelle entre Gaston Flosse et Edouard Fritch.

Mais dans la « lutte de pouvoir » qui explique les tensions au sommet orange, l’invité de Polynésie 1ère pose un principe fondamental. A ses yeux, en effet, il est important de « rétablir l’équilibre des pouvoirs entre l’exécutif et le législatif » conformément à la loi. Et d’en conclure, sans sourciller: « Le pouvoir d’initiatives appartient au président du Pays ».

Ce petit rappel n’est pas anodin après la rencontre de vendredi dernier au cours de laquelle le leader du Tahoeraa huiraatira voulait mettre en place des ateliers de travail internes à la majorité, le tout formalisé par un « pacte », ce qu’a naturellement rejeté le président du Pays. De là à y voir une forme d’immixtion dans l’action gouvernementale, il n’y a pas loin…

A l’inverse, Michel Buillard a publiquement salué la nouvelle gouvernance impulsée par Edouard Fritch. Et en particulier son « ouverture d’esprit » vers les partis d’opposition qui ne signifie pas « une ouverture politique » a t-il précisé.

Quant au prochain rendez-vous des Sénatoriales enfin, les rumeurs laissent entendre que le président Fritch soutiendrait officiellement deux autres candidats – dont l’actuel vice-président, Nuihau Laurey – face au tandem Teura Iriti – Vincent Dubois qui a reçu dernièrement l’aval du Grand Conseil pour rempiler à Paris. Sur ce point, Michel Buillard n’a pas voulu confirmer ni infirmer l’information, laissant le soin à d’autres de semer ce qui pourrait bien apparaître comme un nouveau ferment de division.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close