Milos Forman, un « Géant, gravée à jamais dans l’Histoire du Cinéma » s’est éteint

Le cinéaste américano-tchèque Milos Forman, récompensé plusieurs fois à Hollywood et qui avait fui son pays avant la répression du Printemps de Prague en 1968, est mort samedi à l’âge de 86 ans.

« Martina Forman m’a appris tôt ce matin que (son époux) Milos était décédé à l’hôpital Danbury, près de leur maison à Warren, dans le Connecticut », a indiqué à l’AFP son agent et ami Ennis Aspland.

Les médias tchèques ont cité l’épouse du cinéaste annonçant qu’il était parti « paisiblement, entouré de sa famille et de ses proches ».

Milos Forman avait reçu deux fois l’Oscar du meilleur réalisateur, en 1976 pour « Vol au dessus d’un nid de coucou » et en 1985 pour « Amadeus ».

L’Académie des César, a salué samedi la mémoire d’un « Géant, gravée à jamais dans l’Histoire du Cinéma ».

Milos Forman était un « génie de la cinématographie » et un « maître dans la présentation de la condition humaine », a souligné l’acteur Antonio Banderas dans un message sur Twitter.

Né le 18 février 1932 dans la ville de Caslav à l’est de Prague, Milos Forman avait perdu ses parents, résistants tchèques contre l’occupant nazi, dans les camps de concentration.

Dans les années 1960, après des études à l’école de cinéma de Prague, il rejoint la Nouvelle vague de cinéastes se dressant contre le régime communiste. Il se fait connaître par ses films « L’As de pique », « Les amours d’une blonde » et « Au feu, les pompiers ».

Peu de temps avant l’occupation de la Tchécoslovaquie par les forces du Pacte de Varsovie en 1968, qui a mis fin à une période libérale connue sous le nom de Printemps de Prague, Milos Forman part vivre aux États-Unis, via la France.

En 1983, il retourne à Prague, encore sous le régime communiste, pour tourner « Amadeus » qui lui apporte son deuxième Oscar de réalisateur.

« Il avait un beau caractère et une énergie fantastique, les gens voulaient rester près de lui, c’était un fabuleux conteur et un homme adorable », a déclaré le réalisateur tchèque David Ondricek, fils du cameraman de Forman, Miroslav Ondricek, sur le site du quotidien DNES.

Source: Yahoo actualités

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close