Moralisation de la vie publique…aussi en Polynésie !

Dans un communiqué, la République en Marche Polynésie commente à son tour l’extension des dispositions prises dans le cadre de la moralisation de la vie publique. Et les justifie…

Plusieurs dispositions du projet de loi pour la confiance dans la vie publique débattu à l’Assemblée nationale vont s’appliquer à la Polynésie française dans les cabinets du président du gouvernement et du président de l’assemblée.

Il ne sera désormais plus possible au président de la Polynésie française, aux membres du gouvernement et au président de l’assemblée de la Polynésie française, mais aussi aux tavana, d’employer dans leurs cabinets leur conjoint (marié ou pacsé), leur concubin, leurs parents, ni les enfants des conjoints, pacsés ou concubins. De plus, il sera interdit aux représentants siégeant à Tarahoi d’exercer des activités de consultant.

Autre garde-fou moralisateur, la création d’un poste de médiateur du crédit aux candidats et aux partis politiques chargé de concourir (…) au financement légal et transparent de la vie politique.

Avec la bénédiction de la branche polynésienne de la République en Marche, l’extension de cette loi à la Polynésie française est voulue par la présidente de la Commission des lois de l’Assemblée nationale, également députée La République en Marche. Rappelons aussi que cette disposition était inscrite au programme du président de la République.

Dans un communiqué, la sénatrice et représentante Lana Tetuanui déclare son mécontentement des conditions de l’extension à la Polynésie française de ces dispositions visant à renforcer la moralisation de la vie publique, sans doute au nom du respect du principe d’autonomie de la Polynésie française ?!

Le président de l’assemblée, Marcel Tuihani, a de son côté saisi l’Assemblée nationale, le Sénat et le cabinet de la ministre des Outre-mer pour s’émouvoir de cette moralisation qui ne lui convient pas.

Conclusions:

1 : On n’est pas ancien soutien de François Fillon et de Marine Lepen par hasard.

2 : En Polynésie, on peut s’opposer aux principes de la moralisation de la vie publique, par principe…

 

 

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close