Musique : MC Solaar, la fin du manque

 

MC Solaar revient vendredi 3 novembre avec Géopoétique.

Le flow comme à la belle époque, à rebours du rap tel qu’on l’entend souvent aujourd’hui. L’un des précurseurs du genre en France a encore beaucoup à apporter, et il le prouve.

Il le dit sans ambages : avec l’ennui, le manque, un cercle vicieux qui s’enclenche, MC Solaar aurait dû mettre un terme bien plus tôt à ce qui est devenu une décennie d’absence. Ce nouveau disque est une conséquence de ce manque. Éclectique, massif, 19 titres variés, sur des productions jazz, rock, soul, contemporaines ou volontairement vintage. Quand il en parle, le rappeur marque par son humilité: « Nul n’est indispensable« .

Esthète des mots, soudeur de syllabes, Claude M’Barali n’a rien perdu de ce statut à part, parfois caricatural, d’exception dans un monde de brutes. C’est faux et ça l’a sans doute toujours été, mais voilà, MC Solaar est ce genre de rappeur qui peut faire un titre sur un village décimé par la Première Guerre Mondiale (Les Mirabelles).

Dix ans d’absence discographique, c’est long pour un artiste jamais vraiment parti, présent chez les Enfoirés ou chaque année aux côtés de Solidarité Sida à Solidays. MC Solaar, ce n’était pas mieux avant, et c’est déjà une grande victoire que de parler ainsi d’un retour très attendu dans ce qu’il qualifie lui-même, aujourd’hui d' »océan de musique« .

Source: Yahoo Actualités

 

Télécharger l'article en PDF

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close