Quatorze personnes secourues mais le navire a probablement coulé (MAJ)

Vendredi 5 janvier 2018, à 16h00, le JRCC Tahiti a été averti qu’un navire de tourisme polynésien, avec quatorze personnes à son bord, est en avarie totale de propulsion, rapporte le haut-commissaire René Bidal.

Après avoir rapidement localisé l’embarcation au Nord de l’île de Tahiti grâce au déclenchement de sa balise de détresse, le JRCC, sous l’autorité du Haut-Commissaire de la République, a engagé l’hélicoptère Dauphin inter-administrations de la flottille 35F ainsi que le remorqueur portuaire et côtier (RPC) Manini pour une mission de recherche et sauvetage.

À 17h00, l’hélicoptère est arrivé sur zone et commence l’opération de treuillage pour évacuer les naufragés, sains et saufs, vers Tahiti. À 18h10, ils étaient pris en charge par les pompiers de Faa’a et de Papeete, coordonnés par la Direction de la Protection civile.

Parallèlement à l’opération de recherche et sauvetage, le Haut-Commissaire de la République, délégué du gouvernement pour l’action de l’État en mer a décidé de l’envoi d’une équipe d’évaluation de la base navale de Papeete à bord du RPC Manini afin de réaliser, notamment, une analyse de l’état du navire et du risque que ce dernier représente pour l’environnement. Des mesures ont par ailleurs été prises pour assurer la sécurité de la navigation.

Aux dernières nouvelles, il semble que navire a probablement coulé par grands fonds entre Tahiti et l’atoll de Tetiaroa. Le carburant présent à son bord ne représente pas de risque significatif pour l’environnement. Les navires fréquentant ce secteur sont toutefois appelés à exercer une veille attentive dans la zone du naufrage.

Dès 7h30 ce samedi matin, l’hélicoptère Dauphin a survolé la zone probable de présence du navire au vu des prévisions de dérive. Ce survol n’a pas permis d’apercevoir le navire dont la balise de détresse avait cessé d’émettre vendredi à 20h00. Un avion Gardian de la flottille 25F de la Marine nationale a exploré en début d’après-midi une zone d’environ 3000 km2, confirmant l’absence de l’embarcation en surface ou à fleur d’eau.

A partir des informations communiquées par le haut-commissariat

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close