Niau assure à la fois sa survie et son essor économique

Le haut-commissaire de la République, René Bidal, a entrepris sa première visite officielle de l’atoll de Niau aux Tuamotu, ce vendredi 19 août 2016, à l’invitation de Edouard Fritch, président de la Polynésie française, rapportent les services de l’Etat dans un compte-rendu détaillé.

La délégation a été chaleureusement accueillie à l’aéroport par Tautahi Torohia, maire délégué de Niau et Tuhoe Tekurio, maire de la commune de Fakarava et les élus municipaux. Le haut-commissaire et le président du Pays ont assisté à la cérémonie de levée des couleurs au cours de laquelle les enfants de Niau ont entonné l’hymne polynésien et la Marseillaise, puis ont inauguré le bâtiment de la nouvelle école qui est aussi un abri de survie.HC à Niau

A l’issue des discours prononcés par les autorités, l’école abri de survie de Niau a été inaugurée avec la traditionnelle coupure d’une couronne de fleurs, en présence de la population, suivie d’une visite du chantier de la cantine scolaire. La construction de cette nouvelle structure répond à une volonté partagée de l’Etat et du Pays de renforcer les capacités de protection de la population contre les risques naturels (cyclone, tsunami, etc…). Les locaux de la mairie qui étaient, jusqu’alors, utilisés comme abri de survie ne suffisaient plus pour accueillir tous les habitants de Niau.

Ce nouveau bâtiment était par ailleurs nécessaire pour améliorer les conditions d’hygiène et de sécurité des élèves et des enseignants. Au total, ce sont 82,8 millions de FCFP qui ont été investis et financés par le biais du contrat de projets 2008-2014.

L’école comporte un poste de santé, deux salles de classe, un bureau et une salle polyvalente, sur une surface de 380 m². La construction de la nouvelle cantine scolaire, dont le gros oeuvre est achevé, représente un investissement de plus de 39,5 millions de FCFP financés à 95% par le Fonds Intercommunal de Péréquation (FIP).

La haut-commissaire et le président du Pays ont également inauguré et visité l’usine de l’huile vierge de coco implantée sur l’atoll. Cette entreprise créée par son propriétaire, Jean-Marius Raapoto, a été accompagné par le Pays à hauteur de 10 millions de FCFP en complément de l’investissement sur fonds propres du porteur du projet. Coco

Parmi les pistes de la diversification de la filière « coco », la production d’huile vierge de coco apporte une forte valeur ajoutée. Dès 2010, Tikehau, commune associée de Rangiroa, a lancé une usine pilote de production d’huile vierge de coco. Pour obtenir 4 à 5 litres d’huile de coco vierge, 60 noix de cocos sont nécessaires. Le prix du coco est fixé à 40 FCFP le kg. Le prix de vente à l’international d’un litre d’huile vierge de coco peut aller jusqu’à 7000 FCFP.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close