Nos parlementaires à l’écoute des gardiens de prison en formation à Agen

Les parlementaires de Polynésie française, Lana Tetuanui et Maïna Sage, se sont rendues ce vendredi 3 juin 2016, à l’Ecole nationale de l’administration pénitentiaire d’Agen, située à plus de 709 kilomètres de Paris, pour visiter les 204 stagiaires polynésiens actuellement en formation, suite à leur réussite au concours d’intégration d’agents de surveillance pour le futur centre pénitentiaire de Papeari.

A cette occasion, et suite à l’entretien que Jean- Jacques Urvoas, Garde des Sceaux, a bien voulu accorder à la délégation institutionnelle du Syndicat de la promotion des communes et à la sénatrice en date du mercredi 25 mai 2016, le ministre de la Justice a confirmé ses dires de la veille, déclarés auprès du président du Pays, sur la date de l’achèvement définitif des travaux de la prison avec une ouverture effective en mai 2017.

En conséquence, une grande majorité des stagiaires polynésiens, soit cent soixante-quatre agents exactement, seront maintenus en activité en métropole avec une affectation ciblée par groupuscule dans différentes maisons d’arrêt métropolitaines avec l’objectif d’une préparation à leur future installation dans la nouvelle prison de Papeari.

Seul, quarante stagiaires pourront prétendre à un retour dés le mois d’octobre en Polynésie française, avec pour mission de compléter dans l’immédiat les effectifs de Nuutania, loin d’être suffisants et en attendant l’ouverture du centre de détention. Outre les bons résultats, des critères sociaux et familiaux seront définis par le ministère, pour déterminer la liste des quarante agents, pour un retour en octobre 2016.

Les cent soixante-quatre autres agents restants seront rapatriés en fin d’année. Se posera pour le département ministériel de la Justice, la difficulté de les loger près des structures pénitentiaires d’accueil et probablement pour certains d’entre eux avec une prise en charge de leur hôtel.

Mesdames Sage et Tetuanui avaient comme souci et objectif d’expliquer aux stagiaires polynésiens, ce retour en Polynésie en deux temps, et de faire preuve de bon sens afin de tirer partie de cette prolongation de stage pour les cent soixante-quatre restants et de mettre ainsi à profit leur formation au bénéfice de leur future affectation à la prison de Papeari.

Communiqué du gouvernement

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close