Notre-Dame-Des-Landes : cette opération est devenue un bourbier

« Tous les jours on prend le risque d’un blessé grave ou d’un mort » , des deux côtés, à cause de l’utilisation des grenades « qui sont souvent renvoyées aux gendarmes », par les manifestants estime Julien Bayou.

Le porte-parole d’Europe Écologie Les Verts a appelé mardi 22 mai sur franceinfo à l’interdiction pure et simple des grenades dans l’équipement des gendarmes.

franceinfo : Pourquoi voulez-vous l’interdiction des grenades ?

Julien Bayou : Il y a déjà eu un mort avec Rémi Fraisse [victime d’une grenade offensive qui s’était logée entre son dos et son sac en octobre 2014 à Sivens], et là on parle de plusieurs dizaines de milliers de grenades [lacrymogènes] qui ont été déversées depuis le mois d’avril à Notre-Dame-des-Landes. Cette opération est devenue un bourbier, il y a eu des centaines de blessés côté zadiste, et une bonne centaine côté gendarmes. C’est quoi l’objectif ? Tout ça pour quelques cabanes ? Est-ce qu’on mesure la débilité sans nom de la situation ?

L’évacuation de Notre-Dame-des-Landes est devenue impossible selon vous ?

Tous les jours, on court aussi le risque d’un blessé grave ou d’un mort. Et puisque ces grenades sont renvoyées aux gendarmes, on court le risque d’un mort chez les gendarmes. C’est idiot ! Je condamne les violences à l’égard des gendarmes et dans l’autre sens. On envoie les gendarmes au casse-pipe. Ils ne sont pas équipés pour patauger dans le bocage, ce sont des missions humiliantes. La (…)

Source: Yahoo Actualités

 

Télécharger l'article en PDF

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close