Nouveau conflit social en vue dans les hôpitaux de Tahiti et des îles

Sous la plume de son président, Marc Levy, le Syndicat des praticiens hospitaliers (SPHPF) annonce le dépôt d’un préavis de grève qui sera effectif le 6 novembre.

Sans réponse du gouvernement à la suite du courrier du 10 octobre demandant que le protocole d’accord du 13 février 2016 soit enfin appliqué, le syndicat des praticiens hospitaliers de Polynésie française dépose ce jour un préavis de grève pour les hôpitaux de Tahiti et des îles.

 La patience des praticiens hospitaliers a atteint ses plus extrêmes limites, huit ans et cinq grèves (2009, 2010, 2011, 2013, 2016) après le 1er protocole d’accord, et toujours en attente de l’application du dernier en date,  15 jours après le dépôt d’un courrier rappelant au gouvernement ses engagements, et ce après de multiples tentatives de contacts depuis les derniers mois.

La rupture est consommée, le seul moyen de renouer avec le dialogue social est d’utiliser l’obligation légale de négocier pendant un préavis de grève.

 A la revendication qui n’est plus négociable, concernant l’ensemble des points du protocole de 2016 (reprise d’ancienneté, prolongation d’activité au-delà de la limite d’âge, mise en conformité du texte sur la permanence des soins des hôpitaux de la direction de la santé, discussions sur la réforme du statut et sur l’insuffisance des cotisations de la retraite des praticiens hospitaliers), s’ajoutent de nouvelles revendications.

 Ces revendications tentent de répondre au besoin immédiat d’attractivité des médecins (assurance retraite, prolongation d’activité, formation post-universitaire).

 La pénurie de médecins, catastrophique en métropole, entraîne des difficultés de plus en plus importantes pour recruter des médecins en Polynésie française.

 Les médecins ont forcément commencé leur carrière ailleurs avant de rejoindre la Polynésie. Le statut des praticiens hospitaliers de métropole a considérablement évolué alors que celui de la Polynésie française en est toujours à sa version de 1996, soit 20 ans de retard. L’attractivité nécessaire au recrutement de médecins compétents, n’est plus suffisante. Des postes restent vacants, des contrats hors statut sont votés par le conseil des ministres pour embaucher sur des spécialités en manque critique de médecins. C’est simplement la loi de l’offre et de la demande qui motive ces contrats hors norme (emplois fonctionnels).

 Les médecins ont de plus en plus de difficultés à avoir les moyens de soigner les malades dans les hôpitaux de Polynésie française,  en raison d’un financement insuffisant et d’un statut administratif qui n’est pas adapté à l’hôpital. Le syndicat des praticiens hospitaliers réclame des dotations en rapport avec l’activité  médicale, et un statut d’établissement hospitalier.

 Si à l’issue de ce préavis de grève, ces revendications ne sont pas satisfaites, le SPHPF appellera les praticiens hospitaliers des hôpitaux de Tahiti et des îles à un arrêt de travail pour une durée illimitée le lundi 6 novembre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close