Nouvelle-Calédonie: MEDEF, Retraites cafat – nouveaux horizons de viabilité

Depuis toujours il y a une tentation pour les pouvoirs publics de piocher dans les fonds de réserve du seul régime excédentaire, celui de la retraite, pour combler les déficits des autres régimes de protection sociale gérés par la CAFAT. Cette pression est d’autant plus forte dans une situation critique des comptes publics.

Mais les fonds de réserve de nos régimes sociaux, ne sont pas des excédents budgétaires disponibles !

Ce sont des minimums règlementaires obligatoires.  Autre principe fondamental : l’étanchéité des régimes entre eux. Parce que les horizons de gestion, les bénéficiaires, les prestations ainsi que les payeurs (les cotisants) ne sont pas les mêmes dans chacun d’eux.

Le MEDEF-NC estime que le Conseil d’Administration CAFAT du 25 mars au cours duquel le point retraite a été voté en augmentation de 1,8%, est une décision déraisonnable, car les retraités ont eu des augmentations nettement supérieures à l’inflation ces dernières années au détriment des actifs qui perdent un peu plus de points chaque année, sans compter les incidences de cette augmentation sur le régime. Cette décision nous apparait cependant comme un message envoyé aux politiques pour réaffirmer que le Conseil d’Administration de la CAFAT est souverain dans ses décisions de gestion.

Le régime de retraite ne pourra rester viable qu’à travers une gestion financière de son fonds de réserve modernisée et une nouvelle réforme des conditions d’accès à la retraite.

La gestion financière des réserves : Les règles applicables actuellement aux placements des fonds de réserve datent des années 60. Elles sont non seulement désuètes mais aussi inapplicables en l’état pour certaines.
Les produits et supports financiers ne sont pas adaptés car on ne peut pas gérer du long terme avec des outils de courts de terme.
Les intérêts qui se dégagent du placement des réserves sont une ressource supplémentaire pour le régime qui permet de repousser quelque peu l’horizon de viabilité technique.Les leviers de la réforme du régime :

Taux de rendements
Reculer l’âge de départ
Augmenter la durée de cotisation
Selon le MEDEF-NC : Tout sauf augmenter le niveau des cotisations que ce soit pour les salariés autant que pour les entreprises, mais surtout pour les entreprises qui financent déjà les trois quart de la cotisation actuelle à 14%.

La commission paritaire « retraite CAFAT » va donc devoir rapidement se réunir pourLa question de l’intégration des travailleurs indépendants…

LE MEDEF-NC le souhaitait en même temps que l’introduction du minimum vieillesse, or cela n’a pas été fait en concomitance avec la création de ces nouveaux droits.
Aujourd’hui l’intérêt est de faire bénéficier les travailleurs indépendants d’une retraite.
Le principe du régime actuel est d’acquérir un nombre de points en fonction des cotisations versées.
Aujourd’hui le sujet est à l’ordre du jour de l’agenda économique et social.

Quoi qu’il en soit il va falloir lancer des études d’impact et le MEDEF-NC rappelle que l’adhésion volontaire au régime de retraite CAFAT est possible – Une condition : avoir été salarié au moins 5 ans – Et précisons que notre régime de retraite profite aujourd’hui d’un rendement extrêmement attrayant de 10% – sans risques. Aussi la philosophie du MEDEF-NC c’est la liberté d’entreprendre et la liberté de se prendre en charge.

FLG/MEDEF

Source: www.ncpresse.nc

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close