Ori Tahiti: la culture dans le sang dès le plus âge…

Alors que se déroule actuellement la deuxième édition du Heiva International et de la coupe du monde de ‘Ori Tahiti, la tentation des parents est de plus en plus grande d’inciter leurs enfants à promouvoir notre culture au travers la danse. Portrait d’un petit surdoué.

Yvann Teahamai, né le 17 janvier 2011, est issu d’une famille de danseurs. Depuis l’âge de trois ans, il est inscrit à l’école de ARATO’A de Keahaulani Changuy avec son professeur Sven Janssen.

Comme beaucoup d’enfants de son âge, il déborde d’énergie. A l’âge de 6 ans, tout d’abord, il commence le football dans le club de Arue où il sera très demandé pour sa rapidité et son endurance lors des matchs.

Puis en septembre 2017, il découvre le Tae Kwon Do au sein du club HVM de Faa’a où il se fait également remarquer pour ses qualités physiques.

En décembre 2016, il s’affiche au solo compétition mais hors concours où il a fait parler de lui par sa prestation. Seulement un an plus tard, il remporte sa première compétition à seulement 6 ans lors du Solo compétition de Ori Tahiti de Tumata Robinson au Méridien Tahiti dans sa catégorie.

(photo de son premier heiva) Samedi dernier, il a gagné sa deuxième compétition de Ori Tahiti, celle organisée par Matani Kainuku. Prochaine compétition en novembre-décembre 2018 pour le Solo Compétition de Tumata Robinson.

Son objectif est donc évidement de pouvoir évoluer dans ce domaine tout en pratiquant d’autres sports à côté. A son âge; il a déjà le feeling du danseur et promet un bel avenir dans le domaine.

De quoi rendre fier son père, Eimeo Teahamai Yvann pour qui « ça demande beaucoup de sacrifices mais comme on dis « on veut le meilleur pour nos enfants. Yvann est rempli de talent, il est bon en tout et c’est ce qui fait son avantage. Mais pour moi du moment que ce qu’il fait le rend heureux, je le suis également ».

Son professeur de danse ne tarit pas d’éloges non plus: « Yvann est un garçon très appliqué a la danse, avec beaucoup d’énergie, qui est en continuelle progression. C’est facile de travailler avec lui car il à le gout de l’effort et de l’application. C’est un enfant qui danse naturellement sans qu’on le force à le faire, et qui a la facilité à reproduire ce qu’il voit, ce qui lui donne un avantage dans l’apprentissage. Sa souplesse lui permet d’avoir une technique et un esthétisme rare à cet age là. Le meilleur reste à venir car plus il grandit, plus il devient capable d’assimiler les choses ».

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close