Affaire Le Gayic : pas de remise en liberté pour Gaston Tetuanui

Après le syndicaliste Cyril Le Gayic et l’homme d’affaires Bill Ravel, c’était au tour d’un autre protagoniste de ce dossier, Gaston Tetuanui, de demander à être remis en liberté. Sa demande a été refusée. Une confrontation devrait avoir lieu, au Palais de justice de Papeete, en fin de semaine.

Gaston Tetuanui, placé est en détention provisoire à Nuutania depuis le 31 octobre, a vu sa demande de remise en liberté refusée par la Chambre de l’instruction. L’avocat général ne s’était pourtant pas opposé à cette remise en liberté, en estimant que celle-ci n’était plus indispensable dans le cadre de l’enquête. Travaillant pour Bill Ravel, Gaston Tetuanui aurait jusqu’à présent admis avoir transmis des enveloppes à Cyril Le Gayic – notamment pour l’inciter à mettre fin à une grève sur le port de Papeete, en 2008 – mais a nié avoir également agi de la sorte avec des hommes politiques.

La chambre d’instruction avait déjà, il y a presque un mois, rejeté une autre demande de remise en liberté émanant cette fois de Bill Ravel, l’un des deux hommes au centre de cette affaire. Son avocat, Me Bennouar, avait alors indiqué qu’il demanderait qu’une expertise médicale soit menée à Nuutania afin de déterminer si les conditions de détentions de son client étaient appropriées, compte tenu de son état de santé. Une autre demande de remise en liberté concernant Bill Ravel aurait été formulée plus récemment, mais là encore sans plus de succès.

Me Antz, l’avocat de Cyril Le Gayic a, pour sa part, indiqué mardi, à Tahitinews, qu’il avait déposé, lui aussi, une nouvelle demande de remise en liberté pour son client. Il espère que celle-ci sera examinée dans la journée de vendredi, ou, en tout cas, peu de temps après une confrontation prévue vendredi au Palais de justice de Papeete. Selon lui, une fois la confrontation passée, il n’y aurait plus de raisons valables pouvant expliquer le maintien en détention de Cyril Le Gayic. Me Antz précise, par ailleurs, que les membres de la famille de Cyril Le Gayic et les principaux membres du syndicat CSIP (Confédération des syndicats indépendants de Polynésie) ont, à ce stade, tous été entendus par la Justice dans le cadre de cette affaire.

 

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close