« Pas d’évasion fiscale », assure Manuarii Fritch

Soupçonné d’évasion fiscale à partir d’un compte « off-shore », Manuarii Fritch se montre transparent sur cette prétendue « affaire » qui vire désormais au règlement de compte politique.

Polynésie 1ère a extrait mon nom des fichiers « Offshore Leaks » publiés par le consortium international des journalistes d’investigation.

En 2008, dans le cadre de mes activités professionnelles de consultant entre une usine de fabrication de charpente métallique basée en Chine, un bureau d’études basé à Singapour et un client en Nouvelle-Calédonie, j’ai été amené à créer une société à Singapour sous le nom de Elite Success Investments Properties.

N’étant pas résident à Singapour, il m’a été proposé un montage courant et qui n’a rien de répréhensible de domicilier cette société aux Iles Vierges Britanniques.

Ma prestation de consultant à l’étranger n’étant pas imposable en Polynésie française, il n’y a donc pas d’évasion fiscale ni d’acte répréhensible au regard des lois françaises.

La société a été dissoute en 2010.

Cette affaire ne concerne en rien Gaston Flosse, ni Edouard Fritch ni ma mère.

Ceci étant, je regrette l’exploitation à caractère politique qui est faite de cette affaire par M. Gaston Flosse visant à mettre en cause Edouard Fritch. Mais plus encore, je regrette le règlement de comptes familiaux opéré par mon grand-père sur la place publique.

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close