Pas question de remplacer le quotient familial

Vers une disparition du quotient familial? « Il n’est pas question de le supprimer, cela n’a d’ailleurs jamais été envisagé, et n’était pas dans le programme du président de la République », a tranché Agnès Buzyn, lors des questions au gouvernement, mercredi.

La ministre des Solidarités reprenait ainsi en substance la position du Premier ministre dont l’entourage avait déjà fait savoir qu’il n’était « pas question de remettre en cause le quotient familial ».

Cette idée de réforme est partie d’un rapport d’une mission d’information parlementaire sur la politique familiale.

L’idée était de remplacer la réduction d’impôt induite par le quotient par le versement, pour une enveloppe égale de 12 milliards d’euros, d’allocations à toutes les familles ce, dès le premier enfant.  Une telle réforme aurait « des effets redistributifs majeurs », puisqu’elle apporterait « un soutien supplémentaire aux classes moyennes et modestes », avait-il fait valoir dans son rapport. Une grande partie de ces dernières ne sont pas imposables, et ne retirent donc actuellement aucun avantage du quotient.

La polémique tue la proposition de réforme dans l’œuf

Pour porter la mesure, le corapporteur de ces travaux de la commission des affaires sociales, le député LREM Guillaume Chiche, avait faute d’accord de son corapporteur LR Gilles Lurton, prévu de tenir une conférence de presse mercredi.

Source: Yahoo actualités

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close