Patrick Karam plaide pour que des « pouvoirs élargis » soit dévolus à la ministre des Outre-mer

Patrick Karam, ancien délégué interministériel à l’outre-mer et président d’honneur du Conseil Représentatif des Français d’Outre-mer (CREFOM) salue la nomination d’une ultramarine qui a fait ses preuves Annick Girardin comme ministre des l’outre-mer et de Laura Flessel au sport.

Patrick Karam note avec satisfaction que l’actuel président de la République n’a pas rompu avec une tradition remise en place par Nicolas Sarkozy et suivie par son successeur François Hollande qui avaient tenu à créer un ministère de plein exercice en considérant qu’il fallait donner plus de poids au titulaire de la charge au regard des retards considérables dans tous les domaines et des spécificités de nos territoires éloignés

Il demande que des pouvoirs élargis soient dévolus à la ministre des outre-mer dont l’administration ne gère que 10% des interventions publiques, et lui permettre de peser sur les budgets que ses collègues consacrent aux outre-mer pour veiller à ce que ces budgets ne subissent pas des baisses ou des réorientations en fonction des circonstances ou des besoins d’économie.

Au-delà de ses différentes bourdes intervenues pendant la campagne où il avait traité la Guyane d’Île et considéré que les Français en Guadeloupe étaient des expatriés comme s’il s’agissait d’un pays indépendant, Patrick Karam demande au président de la République de tenir les engagements de François Hollande sur la Guyane sous peine de devoir affronter la fronde la plus sévère et de voir se cristalliser une perte de crédibilité et de confiance de nos compatriotes envers la République.

Il lui demande de ne pas attendre de crise dans d’autres territoires ultramarins et d’engager sans tarder une consultation sur le nécessaire rattrapage en termes d’investissements et de lutte contre le chômage, la pauvreté, la délinquance, les retards considérables en matière de santé publique afin de prendre toutes les décisions pour atteindre une égalité réelle en une génération au plus tard pour offrir de vraies perspectives d’espoir à nos compatriotes ultramarins et éviter de devoir négocier sous la pression de la rue.

Emmanuel Macron devrait méditer les propos d’un de ces prédécesseurs: « Méfiez-vous de l’outre-mer, disait Chirac. Derrière ses plages et ses cocotiers sommeille toujours quelque volcan… ». S’il devait ne pas en tenir compte, Patrick Karam lui prédit un réveil douloureux.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close