Plus de 10 000 personnes rassemblées pour soutenir le changement avec le Tapura Huiraatira

Sans surprise, Edouard Fritch a pris la tête, officiellement ce matin, salle Aorai Tini Hau, du nouveau parti politique autonomiste polynésien baptisé « Tapura Huiraatira ».

Plus de 10 000 personnes ont répondu tôt dans la matinée à l’appel des dirigeants du mouvement à l’occasion du congrès constitutif qui fonde cette nouvelle famille.DSC01262Ils sont venus des différentes communes de Tahiti et Moorea, allant jusqu’à braver le mauvais temps et la houle dans le chenal, pour assister à cet instant historique à Pirae dans ce qui constituait jadis le fief du parti orange.

Un coup de chapeau tout d’abord aux organisateurs qui, grâce à de nombreux bénévoles, ont mis au point une machine parfaitement huilée.Hymne

Tant au niveau de l’agencement de l’espace que du « timing » pendant quatre heures, en passant par la diversité des spectacles, tout s’est déroulé comme prévu. Des écrans avaient même été disposés aux quatre coins de la salle pour que le message soit clairement diffusé à la population. Enfin, rappelons que le congrès était retransmis en direct sur le Net à l’attention de celles et ceux qui ne pouvaient pas se libérer.

DSC01246

Visiblement, l’affiche était consistante puisqu’il a fallu rajouter des chaises supplémentaires aux 8000 déjà présentes sur place.DSC01258

La plupart des ténors autonomistes, Teva Rohfritsch, Lana Tetuanui, Gaston Tong Sang ou Teina Maraeura, sont intervenus à la tribune pour dire toute leur confiance dans ce rassemblement. Le gouvernement d’Edouard Fritch peut désormais compter sur une majorité de 29 représentants à Tarahoi pour soutenir les nombreuses réformes qui s’imposent et surtout, sur une majorité de tavana: 36 sur les 48 que compte la Polynésie française.Maraeura Teina

Au président du Tapura Huiraatira qui rappelait à juste titre qu’ils étaient « tous, pour la part, des enfants du Tahoeraa », Teva Rohfritsch a ajouté avec un brin d’ironie, à l’attention des esprits chagrins qui se reconnaîtront: « Le vent qu’ils ont senti, c’est le vent du changement avec Edouard Fritch ».

DSC01278

Nous reviendrons un peu plus tard sur les grandes lignes de l’allocution prononcée par Edouard Fritch.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close