Plus de transparence dans l’utilisation du gas-oil par les pêcheurs

Dans la continuité des actions entreprises par son prédécesseur, le ministre du secteur Primaire, et désormais en charge des ressources marines, Frédéric Riveta, va devoir remettre un peu d’ordre dans l’utilisation du gas-oil par les pêcheurs.

L’annonce en avait été faite l’an dernier par Tearii Alpha, bien avant la chute du gouvernement Flosse. Il appartient désormais à son successeur de trouver un consensus avec les professionnels concernés. Ne serait-ce que par mesure d’équité entre tous les citoyens contribuables!

Depuis des lustres, en effet, il est de notoriété publique que le carburant subventionné par la collectivité et destiné à l’activité des gens de mer – du potimarara aux thoniers en passant par les bonitiers – ne sert pas uniquement à ramener du poisson. Quand le précieux liquide n’est pas transvasé illégalement dans le réservoir du 4×4, la tentation est grande pour les marins de vendre « sous le manteau » des fûts entiers dans certains atolls des Tuamotu. Un trafic juteux dont la justice a eu connaissance il y a quelques années…

Mais tout cela a un coût, au moment même où le Fonds de régulation des prix des hydrocarbures (FRPH) est en situation de déficit chronique.

hnv2-4-paddling

Dans le cas présent, la fraude est moins répréhensible. Elle était même tolérée jusqu’ici… Elle concerne les pêcheurs qui, lors des courses de va’a, se voient proposer de louer leurs embarcations pour transporter des personnes. C’est particulièrement le cas pour Hawaiki Nui dont la prochaine édition aux Iles Sous-le-Vent aura lieu du 3 au 7 novembre prochains.

Aussi, à moins d’un mois de l’événement, les syndicats de pêcheurs ont demandé audience au ministre pour définir avec lui les bonnes règles d’utilisation du gas-oil détaxé (55 Fcfp le litre), beaucoup moins cher que le tarif en vigueur pour le commun des mortels qui culmine à 168 Fcfp le litre.

Aux dernières nouvelles, il a été demandé que les pêcheurs sollicités par le comité d’organisation de Hawaiki Nui soient dûment enregistrés au nom du principe de transparence martelé par le nouveau président de la Polynésie française. Un sujet qui, par ailleurs, devrait figurer à l’ordre du jour du prochain conseil des ministres.

Télécharger l'article en PDF

Une pensée sur “Plus de transparence dans l’utilisation du gas-oil par les pêcheurs

  • 7 octobre 2014 à 1 h 30 min
    Permalink

    Allez la douane au travail !!! , y’a que les gabelous qui peuvent enrayer cette magouille ancrée dans les us et coutumes polynésiennes…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close