Plus d’un milliard Fcfp de redevances impayées à Faa’a

 

Le maire de Faa’a, Oscar Temaru, a réuni tous les membres du conseil municipal pour le dernier conseil de l’année 2016. Les conseillers municipaux ont longuement débattu sur les points suivants :

Le conseil municipal valide son budget 2017

Rosina Chin Foo, adjointe déléguée aux finances, a soumis au débat du conseil municipal la validation des orientations budgétaires de la commune pour l’exercice 2017. Le débat s’est animé autour de la maîtrise des dépenses et d’une meilleure visibilité du budget des services par les élus afin d’accompagner ceux-ci dans cet objectif louable. Avec un budget maîtrisé depuis plusieurs années, les efforts seront maintenant dirigés en premier lieu vers les projets structurants créateurs d’emploi et d’activités économiques, la maîtrise des dépenses, l’accompagnement des familles pour réduire les impayés, ainsi que l’amélioration de la qualité des services. C’est ainsi par exemple qu’une charte de recouvrement sera signée avec la Trésorerie des Iles du Vent, des Australes et des Archipels (TIVAA). Elle définira les modalités de l’action en recouvrement et les engagements respectifs de chacun. Deuxièmement, les budgets annexes de l’eau et des déchets feront l’objet d’un suivi particulier afin de tenir l’équilibre financier imposé par le CGCT avec le délai de 2024. Les membres du conseil municipal ont exprimé leur volonté d’aider les familles de la commune.

Charte de recouvrement des produits locaux entre la Commune de FAA’A et la Trésorerie des Iles du Vent, des Australes et des Archipels (TIVAA)

Au 31 décembre 2015, les impayés des redevances de l’eau, des ordures ménagères et de la taxe sur la publicité s’élèvent à 1,053 milliard. Devant cette situation alarmante, le conseil municipal a demandé d’accompagner la Trésorerie des Iles du Vent, des Australes et des Archipels (TIVAA) dans son rôle de recouvrir les impayés. La charte répartit le rôle de chacun et permettra à gagner en réactivité et en efficacité. Par exemple, les délais de transmission des actes de poursuites devraient être largement réduits.

Un camion api de 6 000 litres pour nettoyer les routes de Faa’a

Après une validation du choix du véhicule en octobre 2014, le conseil municipal vient seulement d’obtenir la participation financière du Pays à hauteur de 60%. Ce véhicule permettra l’entretien de ces aménagements paysagés couvrant une distance d’environ 5 km, y compris les deux entrées Est et Ouest de la Commune.

Attribution d’une subvention à l’association Radio Faa’a-Taui FM

Faa’a – Taui FM a pour objet la conception, la programmation et la diffusion de toutes émissions de radiodiffusion sonore. Les membres du conseil municipal apprécient les divers programmes de la radio. Par exemple, elle favorise l’expression des différents courants socioculturels et les échanges entre les groupes sociaux de la Polynésie. Elle fait la promotion de l’image de la commune de Faa’a et elle met en valeur le dynamisme de ses habitants. La radio Taui FM soutient, organise et participe à toute action sociale, culturelle ou sportive en particulier en faveur des jeunes. Pour toutes ces raisons, le conseil municipal a validé l’octroi d’une subvention de 2 millions de FCP.

Attribution d’une subvention à l’association Maohi Nui Hotu Rau

Déclarée le 21 octobre 2015 et ayant son siège social à Faa’a, l’association Maohi Nui Hotu Rau a pour objet le développement de l’agriculture naturelle, l’apiculture, l’horticulture, la pêche et l’artisanat en Polynésie française, ainsi que l’acquisition des moyens matériels nécessaires à ses activités (ateliers, magasins, transport), la formation et l’organisation de manifestations (foire agricole, marché aux puces).

L’association compte actuellement 46 membres. Son président Emile Buillard, expert dans les domaines du secteur primaire a fait une demande de subvention pour poursuivre les actions de formations en faveurs des jeunes à hauteur de 2 212 405 F. Cette aide vient en complément du soutien financier du Contrat de ville pour un montant de 3 318 606 F.

La dénomination de la voie « Aratia Ariininito a Mai »

Par délibération n°251/2013 du 7 mai 2013, le conseil municipal officialise la dénomination des voies, servitudes et quartiers de la commune de Faa’a. Monsieur François Aubry, habitant la commune de Faa’a a obtenu l’avis général du quartier pour nommer une section de leur voie « Aratia Ariininito a Mai » et l’autre section du nom de « Route du Tavana AUBRY ». Robert Maker, premier maire adjoint, a obtenu la validation du conseil municipal pour renommer cette servitude jouxtant l’Eglise Saint-Joseph et menant au cimetière Catholique.

Projet de partenariat avec la commune de Maré (Nouvelle-Calédonie)

Par courrier du 25 novembre 2016, Pierre Ngalohni, maire de la commune de Maré, invite Oscar Temaru, maire de la commune de Faa’a, à visiter Maré, l’île la plus sauvage et élevée de l’archipel des Loyautés, province de la Nouvelle-Calédonie, qui s’étend sur 641 km² et compte 5 648 habitants en 2014. Lors de la visite du 3 décembre 2016, le maire de Faa’a découvre la richesse du patrimoine maréen mais également un modèle économique inspirant pour les communes de Polynésie car tourné vers le développement des secteurs primaire et tertiaire, notamment :

– l’agriculture maraîchère avec 625 exploitations qui cultivent avocats, ignames, mangues, litchis, oranges, mandarines, etc, dont 40% de la production est réservée pour l’alimentation de la population insulaire, 20% pour la coutume et 40% pour l’exportation vers Nouméa ;

– la pêche et les ressources marines ;

– l’artisanat et le bois de Santal ;

– le tourisme avec une fréquentation annuelle de 5 000 visiteurs appréciant ses plages, sites et activités (sépulture fleurie de Yeiwéné Yeiwéné, grottes de Padawa et de Pethoen, falaises de l’Asicen, aquarium naturel, une journée avec la tribu d’Eni, etc).

La commune de Faa’a partage les mêmes valeurs que la commune de Maré en matière de développement des secteurs primaire (ouverture de jardins partagés, mise en place de formations à l’agriculture, l’apiculture, la pêche) et tertiaire (tourisme chez l’habitant, circuits de visite des « marae », embellissement de ville, etc). Robert Maker a demandé au conseil municipal de mettre en place un partenariat afin de renforcer les liens d’amitié entre ces deux peuples, de favoriser les échanges et de permettre à Faa’a de devenir la commune pilote de Polynésie en matière notamment d’autosuffisance alimentaire et de tourisme. A l’unanimité, tous les élus ont soutenu la signature de la convention.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close