Point d’étape dans l’avancement des projets communaux inscrits au titre du CRSD

Un comité de pilotage s’est tenu jeudi sous la coprésidence de René BIDAL, Haut-commissaire de la République et de Edouard FRITCH, Président de la Polynésie française, avec les élus des six communes bénéficiaires du Contrat de Redynamisation des Sites de Défense (CRSD), signé le 22 février 2016.

Ce comité de pilotage a permis de faire un point d’étape précis de l’avancement des huit projets programmés en 2016 et de leur perspective de réalisation :

  • 1 zone d’activité économique sur Arue : la commune travaille à la mise en place d’un partenariat privé public au moyen d’une SEM en cours de création qui se chargera des opérations d’aménagement et d’exploitation.
  • 1 zone d’activités à vocation mixte alliant développement économique et équipements publics à Mahina (ancien site du RSMA) : le marché d’assistance à maîtrise d’ouvrage doit être notifié à la fin du mois d’octobre et marquera le point de départ des études.
  • 1 zone d’activités à vocation mixte alliant développement économique et équipements publics à Taiarapu Est (ancien site du fort de Taravao) : l’étude d’opportunité est achevée ; l’étape suivante est subordonnée aux résultats de fouilles archéologiques en vue de délimiter l’emprise classée.
  • La création, à terme, d’un véritable centre-ville à Pirae sur la plaine de Taaone (incluant la zone de Aorai Tinihau) : les études d’assistance à maîtrise d’ouvrage viennent de démarrer.
  • La requalification de la zone portuaire de Papeete : l’étude urbaine du secteur industrio portuaire est achevée. Des études sur la dépollution et la déconstruction des bâtiments miliaires vont à présent débuter.
  • La construction d’un marché de proximité sur la cité Bopp Dupont à Faaa : les études de conception architecturales sont en cours.
  • 2 projets de développement d’activités touristiques et de loisirs proposés par la commune de Taiarapu Est : les études d’opportunité concernant le site de l’ex-centre d’instruction nautique à Tautira sont achevées tandis que celles relatives à l’ex-base ionosphérique sont en cours de finalisation et seront soumises à l’approbation des élus.

A cet effet, le comité de pilotage a validé la programmation, au titre de 2017, de deux nouveaux dossiers de financement permettant aux communes de Papeete et Taiarapu-Est d’approfondir les études destinées à concrétiser leurs projets majeurs.

Depuis sa signature, le CRSD fait l’objet d’un travail de coopération étroit avec les collectivités afin de financer les études et opérations de maîtrise d’œuvre nécessaires à la réalisation de plusieurs projets structurants pour la Polynésie française. L’objectif de la démarche est de saisir l’opportunité qu’offre ce dispositif pour bâtir un modèle de développement adapté à l’économie locale  autour de plusieurs axes stratégiques, susceptibles de générer plusieurs centaines d’emplois.

Conjuguant leurs efforts, l’Etat, le Pays et les communes sont notamment mobilisés pour le financement des projets à travers des engagements financiers contractualisés qui se répartissent ainsi : l’Etat pour près de 735 millions de Fcfp ; le Pays (500 millions de Fcfp)  et une participation des communes à hauteur de 20% du coût de leurs projets HT (+ prise en charge de la TVA).

Début 2017, six premiers décrets ont permis d’entériner la rétrocession des terrains militaires à l’euro symbolique au Pays et aux communes de Arue et de Taiarapu-Est. Ceux concernant Mahina et Faa’a sont actuellement en cours de rédaction au niveau national.

La cession au profit du Pays des emprises communément dénommées cités « Grand » à Pirae et « Mariani » à Taiarapu Est-Taravao, destinées à la réalisation de logements, fera l’objet d’un transfert de propriété par acte notarié le 25 octobre prochain.

Rappelons que le CRSD constitue un outil de reconversion économique majeur destiné à  compenser la perte d’activité économique générée par la libération des emprises militaires dans les communes de Papeete, Faaa, Pirae, Arue, Mahina et Taiarapu-Est. Des zones d’activités économiques ou à vocation mixte, un marché de proximité et des zones de développement touristique sont ainsi prévus sur les anciennes emprises foncières militaires (près de 22 ha estimés à environ 4,9 milliards Fcfp).

A partir du communiqué

 

 

 

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close