Pose de la 1ère pierre du futur Pôle de Santé Mentale

Le Président Edouard Fritch, en présence du Haut-commissaire, René Bidal, de l’ensemble des membres du gouvernement et notamment du ministre de la Santé, Patrick Howell, a participé, mercredi matin, à la cérémonie de pose de la 1ère pierre du futur Pôle de Santé Mentale (PSM), sur le site de l’ancien hôpital militaire Jean Prince, au Taaone.

Le président a rappelé qu’en Polynésie française, en psychiatrie adulte, la capacité d’accueil est l’une des plus faibles de l’Outre mer avec actuellement vingt-six lits de psychiatrie pour 100 000 habitants. La santé mentale est restée trop longtemps un secteur non prioritaire de la politique de santé du Pays alors qu’il s’agit d’un enjeu de société et de santé publique majeur qui impacte même les plus jeunes. Le Président a donc expliqué que son gouvernement avait décidé de prendre enfin en compte cette réalité, de la mettre au rang des urgences médicales, des priorités, et d’y mettre les moyens.

2016-11-23-premiere-pierre-pole-sante-mentale-26

Au terme d’un parcours long, parsemé de difficultés, la Polynésie française s’est mise en capacité de procéder, dans ce futur Pôle de Santé Mentale, au traitement de maladies, voire d’addictions souvent complexes, qui permettront à des patients de recevoir des soins adéquats et ainsi de retrouver des conditions de vie presque normales. Le projet, dont la première pierre a symboliquement été posée, consiste en la construction d’un bâtiment constitué de trois blocs sur le site de l’ancien hôpital militaire Jean Prince. Il permettra la constitution d’un grand pôle psychiatrique, en synergie fonctionnelle et logistique avec le CHPF.

Il regroupera un secteur d’hospitalisation psychiatrique de 40 lits et un secteur de prise en charge ambulatoire de 110 places. Le secteur d’hospitalisation comprendra notamment un centre de crise psychiatrique de 8 lits pour adolescents, une unité d’hospitalisation de 12 lits en alcoologie-toxicologie, et une unité d’hospitalisation de psychiatrie adulte de 18 lits. La prise en charge ambulatoire s’appuiera sur de nombreuses structures d’aide d’accueil thérapeutique destinées aux enfants, adolescents et adultes.

Outre l’extension des capacités d’accueil, ce projet regroupera des services aujourd’hui dispersés, ce qui devrait permettre des mutualisations et un décloisonnement de certaines activités assurées aujourd’hui par le CHPF et la Direction de la Santé. La maîtrise d’ouvrage de ce projet a été déléguée à Tahiti Nui Aménagement et Développement (TNAD). La durée du chantier sera d’environ 36 mois, son démarrage étant prévu début décembre 2016.

Le coût de l’ensemble de l’opération, hors équipement, est estimé à un peu plus de 4 milliards TTC. L’Agence Française de Développement (AFD) participera à ce projet à hauteur de 3,257 milliards Fcfp.

Le président a insisté sur le fait que le besoin de renforcer l’offre de santé mentale en Polynésie française était à la fois urgent et incontestable. Il a ajouté que le Pôle de santé mentale ne contribuerait malheureusement pas à résorber tout le retard accumulé ces dernières années, mais qu’il permettrait de renforcer l’offre dans ce domaine de manière significative.

Communiqué du gouvernement

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close