Pour une électricité au juste prix en Polynésie

Peut-on, un jour, espérer une baisse du prix de l’électricité en Polynésie considérée comme la plus chère du monde ? Le suspens devrait bientôt prendre fin…

Le sujet n’est pas nouveau. En effet, voilà vingt ans qu’on en parle et que tout le monde fulmine contre la société monopolistique EDT.

Mais cette fois-ci, il est clairement sur la table. La formule de calcul de la tarification, la fameuse « pétasse », ayant ayant annulée par les plus hautes instances judiciaires, le rapport de force a quelque peu évolué en faveur des pouvoirs publics.

De leur côté, les deux experts de la CRE (Commission de régulation de l’énergie) viennent d’achever leur mission au fenua.

De leurs observations et recommandations dépendent en partie les discussions qui devront s’engager entre EDT le Pays pour une « électricité au juste prix ». C’est tout au moins l’objectif réaffirmé par le vice-président, Nuihau Laurey, en charge de ce dossier complexe.

Le numéro 2 du gouvernement a également bien entendu les doléances du Syndicat polynésien des énergies renouvelables (SPER) qui milite notamment pour la suppression pure et simple du FRPH (Fonds de régulation des produits hydrocarbures). Ce qui signifie que, du jour au lendemain, des produits comme le pain ou le poisson, s’en trouveraient sensiblement renchéries…Aussi, le gouvernement préfère plutôt l’idée d’une réforme du mécanisme de péréquation.

Dans cette perspective, Nuihau Laurey veut obliger la société productrice et de distribution d’électricité à afficher une « transparence totale dans l’achat des combustibles », tout en sachant que le prix du baril de pétrole n ‘a jamais été aussi bas ces deux dernières années, autour de 41 US dollars.

Par ailleurs, quid de la taxe municipale à hauteur de 4 Fcfp le kwh qui constitue un joli pactole pour les communes. Soit, 580 millions de Fcf par an rien que pour la capitale. Sera t-elle « impactée » par la fronde des consommateurs ? Dans le contexte budgétaire actuel, ce n’est pas souhaitable.

Mais alors que tout le monde s’agite et trépigne à l’idée d’économiser quelques centaines de francs sur sa facture, EDT attend et observe.

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close